/finance/homepage

Recherches sur Centris et Realtor

Élection de Trump: les visites des sites immobiliers explosent

TVA Nouvelles

Les États-Unis doivent-ils craindre le départ massif de plusieurs citoyens américains vers le Canada après l’élection de Trump? Certains signaux envoyés donnent le ton.

Tout comme le site internet d’Immigration Canada, devenu surchargé par les Américains après l’élection, les sites de recherches immobilières sont également pris d’assaut.

Les visites sur les sites web Realtor et Centris ont quadruplé après l’élection de Donald Trump à la tête des États-Unis.

Sur ces sites des courtiers immobiliers du Canada, 10 000 clics avaient été enregistrés à la même période en 2015. Au lendemain des élections américaines et de l’élection de Trump, près de 40 000 clics ont été constatés.

Lors de leur visite sur les sites de courtiers canadiens, 13 % des internautes américains provenaient de Californie, 8 % de l’État de New York, 6,5 % du Texas, et à 6,3 % de la Floride.

«Un État où c’est clair qu’il y a une augmentation, c’est la Floride, où le nombre de visites a pratiquement doublé», a expliqué Paul Cardinal de la Fédération des chambres immobilières du Québec.

Selon lui, les nombreux Québécois qui s’y trouvent déjà pensent peut-être à revenir.

«Ce n’est pas nécessairement une surprise. Il y a beaucoup de Québécois en Floride alors c’est très possible que ce soient eux qui envisagent de revenir ici», estime-t-il.

Un total de 590 courriels ont été envoyés à des courtiers immobiliers canadiens par des internautes américains le 9 novembre, et plus de 2 000 propriétés canadiennes ont été partagées sur les médias sociaux par des internautes américains.

La valeur du dollar canadien est une autre variable susceptible d’encourager les Américains à faire le saut au nord de la frontière. Au Québec, la valeur moyenne d’une maison se chiffre à 235 000 dollars. C’est donc dire que pour en faire son acquisition, un Américain devra payer 176 000 dollars après la conversion des devises.

Il y a actuellement 74 000 résidences sur le marché au Québec, dont 28 000 dans la région de Montréal.

Dans la même catégorie