/news/currentevents

Nouvelle vidéo de l'intervention du SPVM

EXCLUSIF | Le citoyen qui se dit victime de brutalité policière parle

Agence QMI

Au lendemain de la diffusion d'une vidéo montrant une policière du SPVM qui se sert de son bâton télescopique pour frapper un automobiliste, le citoyen en question, Fernando Amaral, a raconté sa version des faits à TVA Nouvelles.

Rencontré dimanche après-midi, à Montréal, M. Amaral, un mécanicien qui n’a aucun antécédent judiciaire, nous a aussi fourni une nouvelle vidéo de l'intervention survenue mercredi dernier, rue Masson, dans l'arrondissement de Rosemont-La Petite Patrie.

L’origine de l’intervention est une contravention de 63 $ qu'il a obtenue pour avoir stationné en partie la voiture d'un client dans un espace réservé aux autobus de la STM alors qu’il achetait son journal au dépanneur.

Dans la vidéo montrant une partie de l’intervention, on voit deux policiers en train d’immobiliser M. Amaral sur le capot d'un véhicule. Un des deux agents, une femme, a ensuite sorti son bâton pour le frapper.

Capture d'écran TVA Nouvelles

Surpris des réactions

Suivant la première diffusion de la vidéo, le garagiste a été surpris par les réactions du public sur Facebook et les commentaires de sources policières qui ont parlé à TVA Nouvelles.

«J’ai été surpris par les commentaires de certains citoyens et de vos sources policières qui affirment que j’ai été agressif et que j’ai résisté, que je n’ai pas voulu m’identifier, a dit M. Amaral. Ce que je peux vous dire c’est que j’ai voulu m’identifier à plusieurs reprises. Aucunement je n’ai résisté, ou été agressif. Quand j’ai vu que les policiers sont sortis de leur véhicule j’ai offert plusieurs fois de m’identifier. Ils ne m’ont jamais donné la chance.»

M. Amaral explique que lorsqu’il a vu la policière sortir son bâton, il a vraiment paniqué et c’est à ce moment-là qu’il a utilisé un «langage coloré» à l’égard des policiers.

«C’était vraiment une question de panique, et comme vous allez l’entendre dans la nouvelle vidéo, je lui ai demandé à maintes reprises “s’il vous plaît Madame, lâchez le bâton, lâchez le bâton!” C’est vraiment traumatisant ce qui m’est arrivé.»

Le propriétaire d'un garage dit avoir subi des blessures diverses. Il n’entend pas en rester là.

Entre-temps, il fait face à une accusation d'entrave au travail des policiers. La vidéo est entre les mains du service des relations publiques du SPVM qui l'examinera.

Dans la même catégorie