/news/currentevents

Allégations d’agressions sexuelles sur des autochtones

Aucune accusation contre les six policiers de Val-d'Or

TVA Nouvelles

Les six policiers de Val-d’Or, en Abitibi-Témiscamingue, suspendus depuis un an à la suite d'allégations de femmes autochtones n'auront pas à répondre de leurs actions devant la justice.

La direction des poursuites criminelles et pénales a jugé qu’elle ne disposait pas de preuves assez solides pour porter des accusations.

Selon ce qu’a appris TVA Nouvelles, des témoignages remplis de contradictions et les pertes de mémoire des présumées victimes rendent le dépôt d’accusations difficile.

Interrogé à ce sujet, le ministre des Affaires autochtones, Geoffrey Kelley, n’a pas voulu répondre et a dit attendre la conférence de presse prévue vendredi.

Le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, a aussi référé au point de presse prévu.

«On va attendre que le DPCP donne ses conclusions (...) C’est une question qui est suffisamment sérieuse pour qu’on la prenne de façon très sérieuse. On va attendre que le DPCP nous transmette ses conclusions vendredi», a-t-il dit.

Cette nouvelle ne veut pas forcément la fin des enquêtes sur des policiers de la Sûreté du Québec (SQ).

Une trentaine agents de la SQ de Val-d’Or et d’ailleurs au Québec font face à près de 37 plaintes.

Des accusations pourraient encore être portées contre certains d’entre eux, notamment pour abus sexuel et abus de pouvoir.