/news/politics

Envers les autochtones

Québec préoccupé par le racisme systémique dans les corps policiers

Charles Lecavalier | Agence QMI

Le gouvernement Couillard est préoccupé par la présence de racisme systémique à l’endroit des autochtones dans les corps de polices du Québec et propose une table de concertation.

«On va regarder les prochaines étapes. La question du racisme est très préoccupante et nous devrons prendre toutes les mesures nécessaires pour restaurer la confiance entre les policiers et les communautés desservies», a lancé le ministre délégué aux Affaires autochtones, Geoffrey Kelly, jeudi à l’Assemblée nationale.

L’observatrice indépendante Fannie Lafontaine, nommée par Québec pour superviser l’enquête du SPVM sur les policiers de la SQ de Val-d’Or affirme qu’il existe du «racisme systémique des forces de l’ordre à l’endroit des autochtones».

Finalement, le Directeur des poursuites criminelles et pénales ne poursuivra pas en justice les six policiers de la SQ qui étaient suspendus depuis un an. L’observatrice Fannie Lafontaine estime que l’enquête a été bien faite, mais souligne qu’une enquête criminelle a des objectifs limités et laisse peu de place à une analyse d’une crise sociale marquée par des enjeux collectifs systémiques.

«Sans une telle reconnaissance du racisme systémique, les systèmes juridiques pratiquent un type d'objectivité qui perpétue un ordre social inégal que les services de police sont formés pour maintenir», a écrit Mme Lafontaine.

Le ministre Kelley refuse toutefois de lancer une enquête publique indépendante sur cette question. Il juge que la commission nationale commandée par Justin Trudeau fera déjà ce travail puisque le gouvernement Couillard a demandé que le cas de Val-d’Or soit étudié.

Pour améliorer les relations entre policiers et autochtones, M. Kelley propose plutôt une «table de travail».

Dans la même catégorie