/regional/abitibi

Pas d’accusations contre des policiers de la SQ

Val-d'Or oscille entre déception et soulagement

TVA Nouvelles

L’absence d’accusation pour les allégations d’abus de policiers contre des femmes autochtones de Val-d’Or, en Abitibi-Témiscamingue, pèse lourd pour certaines personnes de la communauté, mais en soulage d’autres.

Plusieurs personnes se sont rassemblées au Centre d’amitié autochtone de Val-d’Or pour réagir à cette nouvelle qui sera officialisée vendredi en début d’après-midi au palais de justice de la ville.

«Nous nous sentons trahis, humiliés et notre cœur est brisé en mille morceaux. Comme si devant la justice de ce pays nous n’étions pas importants, nous ne comptions pas, nous n’avions pas été écoutés», a fait savoir la porte-parole d’u groupe de femmes autochtones, Jacqueline Michel.

Face à l’absence d’accusations, le Centre d’amitié autochtone réclame l’instauration d’une enquête publique indépendante, une chose que Québec ne devrait pas mettre en place puisqu’une enquête est déjà en cours au niveau fédéral.

Par ailleurs, une avocate a été instruite au dossier afin de commencer d’autres démarches judiciaires.

Dans la même catégorie