/news/law

École secondaire de Saint-Hyacinthe

Les ados accusés de complot veulent être remis en liberté

TVA Nouvelles

Les adolescents accusés d'avoir comploté pour tuer trois élèves de leur école secondaire de Saint-Hyacinthe étaient de retour en cour, mardi, alors qu'ils tentaient d'être remis en liberté.

L'enquête sur remise en liberté des deux jeunes de 14 et 16 ans a commencé à la chambre de la jeunesse du palais de justice de Saint-Hyacinthe.

Les parents des jeunes étaient présents et deux d'entre eux ont témoigné. Le père du plus jeune accusé ainsi que la mère du plus vieux ont plaidé en faveur de la remise en liberté de leur enfant.

Arrêté en septembre dernier, les adolescents font face à un total de 23 chefs d’accusation chacun et sont toujours en garde fermée dans un centre jeunesse.

La Couronne qui s'oppose à la remise en liberté des jeunes a fait témoigner l'enquêteur de la Sûreté du Québec responsable du dossier qui viendra expliquer le contexte de l'enquête.

Rappelons que c'est la mère du plus jeune accusé qui a dénoncé son enfant après avoir vu certaines conversations sur Facebook. Tout porte à croire que ces éléments seront déposés en preuve.

Un premier rapport psychiatrique a été préparé par l'Institut Philippe-Pinel. Un deuxième rapport, cette fois-ci psychologique, a également été demandé.

L'enquête sur remise en liberté qui n'a pu être complétée a été reportée au 6 décembre prochain, première date disponible.

L’identité des deux adolescents ne peut être dévoilée, en raison de leur âge.

 

Dans la même catégorie