/news/world

«Cities Climate Leadership Group»

Les maires des grandes villes à Mexico pour la lutte au réchauffement

Sylvain Estibal | Agence France-Presse

Les maires des plus grandes villes du monde se réunissent mercredi pour trois jours à Mexico pour tenter de lutter contre le dérèglement climatique et faire front face au président américain élu Donald Trump, climatosceptique déclaré.

Le Cities 40 (C40), le plus grand réseau de villes mondiales, sera présidé pour la première fois par la maire de Paris Anne Hidalgo, qui succède au maire de Rio de Janeiro (Brésil) Eduardo Paes à la tête de l'organisation.

Mme Hidalgo s'est engagée à lutter «pour que les plus grandes et influentes villes du monde se mobilisent pour faire respecter l'accord de Paris» sur le climat conclu il y a presque un an, à l'issue de la COP21.

«À Mexico, Paris et d'autres villes pionnières annonceront de nouvelles mesures de lutte contre la pollution de l'air», indique la maire de la capitale française.

Ce sommet sera également l'occasion de partager des solutions pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et créer des villes «écologiques et vivables» pour les citoyens, selon les organisateurs qui s'apprêtent à accueillir plus de 60 maires parmi les plus influents.

L'ombre du président américain élu Donald Trump planera toutefois sur les débats, tant le flou sur ses positions concernant le climat a ouvert la voie aux interprétations et inquiétudes.

Présents à Mexico, les maires de plusieurs villes américaines, dont ceux de Chicago, Washington, La Nouvelle-Orléans, Austin et Phoenix, s'exprimeront sur le futur de la lutte contre le réchauffement climatique aux États-Unis pour sans doute dresser une digue face au bouillonnant magnat de l'immobilier, qui avait qualifié le changement climatique de «canular» inventé par les Chinois.

Durant sa campagne, le milliardaire populiste avait également promis de revenir sur l'engagement des États-Unis de respecter l'accord de Paris avant de sembler adoucir sa position, se disant «ouvert» sur cette question.

«Après cette élection, le moment n'a jamais été aussi important pour ces leaders de villes de maintenir le cap, le monde entier compte sur eux», estime la maire de Sydney (Australie), Clover Moore, présente à Mexico, qui a bataillé pour réduire les émissions dans sa ville en dépit d'un gouvernement australien climatosceptique dirigé par Tony Abbott (2013-2015).

Anne Hidalgo prend la tête de cette organisation de maires engagés dans la lutte contre le réchauffement climatique, qui représentent ensemble 650 millions de citoyens et dont les territoires génèrent 25% du PIB mondial.

Le temps du sommet, la station de métro Hidalgo dans le centre de Mexico, du nom du héros de l'indépendance mexicaine, sera rebaptisée du nom de la maire de Paris.

Créé en 2005, le «Cities Climate Leadership Group» (C40), dont le siège est à Londres, rassemble 85 villes parmi lesquelles New York, San Francisco (États-Unis), Vancouver (Canada), Londres, Paris, Moscou, Rome, Milan (Italie), Athènes, Séoul, Bombay (Inde), Djakarta, Melbourne (Australie), Hong Kong (Chine), Pékin, Sao Paulo (Brésil), Buenos Aires, Le Cap et Le Caire.

Dans la même catégorie