/news/world

Tragédie aérienne en Colombie

«Le vol de l’équipe de soccer brésilienne n’était pas légal»

TVA Nouvelles et Agence France-Presse

Le tragique accident d’avion qui a fait 71 morts en Colombie dans lequel une équipe de soccer brésilienne a été décimée est le résultat d’une mauvaise planification. C'est du moins ce qui affirme le pilote Raymond Boulanger.

«Il a manqué d’essence. C’est anormal de planifier un vol de cette façon. L’avion n’aurait jamais dû décoller parce que l’autonomie de cet avion est environ 2800 km et c’était la distance du vol de Santa Cruz en Bolivie jusqu’en Colombie. L’avion aurait dû avoir 90 minutes de plus d’essence pour faire ce vol légalement», a résumé le pilote de brousse.

Celui qui a fait les manchettes dans les années 1990 parce qu’il a transporté 4000 kilos de cocaïne reconnait que le pilote a pris toutes les précautions pendant le vol puisque le «terrain de la région est très élevé».

«Le virage de procédure a été fait et il était en ligne directe au sud de l’aéroport. Il était à cinq minutes de vol soit 50 km. Le pilote devait respecter ses altitudes, mais ce n’était pas le problème, c’est simplement un problème de planification», poursuit le spécialiste.

Depuis la tragédie, la planète football est en pleurs. L’équipe du petit club brésilien de Chapecoense, en route pour sa première finale de la Copa Sudamericana

Six personnes, dont trois footballeurs, une hôtesse de l'air et un journaliste ont miraculeusement survécu à cet accident qui a désintégré une grande partie de la carlingue. Parmi eux, Jackson Ragnar Follman, quatrième gardien de l'équipe brésilienne, a dû être amputé de la jambe droite mardi à l'hôpital où il a été transféré.

La chaîne Fox Sport Latin America a confirmé que six de ses employés étaient morts dans l'accident. Parmi eux figure Mario Sergio, célèbre commentateur et ancien international brésilien. Quatre autres journalistes travaillaient pour le géant brésilien des médias Globo, quatre autres pour RBS TV (propriété de Globo) et six étaient des reporters de radios locales de la région de Chapeco.

L'accident est survenu quelques minutes avant l'atterrissage à l'aéroport José Maria Cordova de Rio Negro, qui dessert Medellín. Selon les autorités, les conditions météorologiques étaient mauvaises, avec de fortes pluies, dans une «zone d'accès très difficile».

Dans la même catégorie