/news/world

Belgique

Six arrestations en lien avec une attaque à la machette

Agence France-Presse

Six personnes ont été interpellées mercredi en Belgique dans l'enquête sur une attaque à la machette contre deux policières en août, revendiquée par le groupe Etat islamique (EI), a indiqué le parquet fédéral belge.

L'assaillant, un Algérien de 33 ans, avait été abattu par la police après l'attaque des policières à Charleroi (sud).

Dans le cadre de l'enquête, «six personnes ont été privées de liberté et emmenées pour audition approfondie. Le magistrat instructeur décidera dans le courant de la journée de leur remise en liberté ou de leur éventuel placement en détention préventive», a précisé le parquet fédéral dans un communiqué.

Les interpellations ont eu lieu lors de «huit perquisitions» exécutées à Charleroi même, à une soixantaine de kilomètres de Bruxelles, ainsi que dans les localités proches de Farciennes, Châtelet et Fleurus.

«Plusieurs armes blanches ont été saisies, dont plusieurs similaires à celle utilisée lors de l'attentat», a ajouté le parquet.

Le 6 août, un homme identifié comme «K.B.», un Algérien vivant en Belgique depuis 2012, avait attaqué les deux policières devant l'hôtel de police de Charleroi aux cris de «Allah Akbar», les blessant au visage et au cou, avant d'être abattu par une troisième policière. Il était décédé plus tard à l'hôpital.

L'État islamique avait revendiqué l'attaque le lendemain, expliquant que l'assaillant était un «soldat de l'EI qui a mené cette opération en réponse aux appels pour attaquer la population des pays de la coalition croisée».

Membre de la coalition internationale qui combat l'EI en Irak et en Syrie, la Belgique a été la cible d'un double attentat qui a fait 32 morts le 22 mars à l'aéroport et dans le métro de Bruxelles.

Des attaques ont également visé des policiers ces derniers mois. Le 7 septembre, deux policiers avaient reçu des coups de couteau à Molenbeek, commune bruxelloise d'où étaient originaires des protagonistes des attentats de Paris et de Bruxelles, mais l'auteur n'avait pas de lien avéré avec la mouvance islamiste.

Le 5 octobre, deux autres policiers avaient été agressés à Bruxelles au couteau par un ancien militaire, adepte du «kick-boxing», Hicham Diop.

L'homme, qui avait fréquenté des islamistes radicaux, a été inculpé pour  «tentative d'assassinat dans un contexte terroriste». Mais il avait aussi un contentieux avec la police fédérale depuis qu'il avait été renversé en 2011 par une voiture blindée d'un convoi officiel.

 

Dans la même catégorie