/news/culture

Montréal

À la découverte de cinémas ayant marqué la ville

Caroline Lévesque

 - Agence QMI

ARCHIVES/AGENCE QMI

Pour se consoler de la disparition récente de l’édifice Robillard et pour découvrir des trésors patrimoniaux, L’Autre Montréal propose aux amoureux du septième art un circuit sur les cinémas montréalais, samedi, en matinée.

Cette visite guidée en autobus constitue un survol historique de certains lieux qui n’existent plus ou ayant été transformés. Le parcours comprend notamment de passer devant les ruines de la première salle de projections cinématographiques en Amérique du Nord et d’admirer l’intérieur de trois cinémas ayant marqué Montréal.

Cinéma L’amour

Le premier arrêt est à l’iconique Cinéma L’Amour, où les participants arriveront avant le début des projections de films pour adultes, pour admirer les éléments d’architecture de ce lieu baptisé le Globe, puis le Pussycat.

Il s’agissait, en 1914, d’un théâtre pour la communauté juive montréalaise, devenu cinéma érotique dans les années 1960.

«La salle est surprenante et on ne s’attend pas à cela de l’extérieur, a indiqué Marie-Dominique Lahaise, urbaniste et cinéphile. Elle a plus de 100 ans et elle possède encore ses décorations d’origines, même si elle a été partiellement modifiée. Le balcon a été transformé en petits salons privés».

Ce cinéma regorge de petits trésors, comme les anciennes loges du théâtre d’origine et la cave.

Cinéma Le Château

Le cinéma Le Château, aujourd’hui le Centre chrétien métropolitain, à l’origine un théâtre, est classé monument historique au même titre que le Rialto et le théâtre Outremont.

Ce magnifique édifice construit en 1931 à la façade de style Art déco conserve certains vestiges d’origine, notamment les ornements au plafond et sur les murs, qui ont été protégés.

À ses débuts, on y présentait des spectacles de vaudeville et des productions cinématographiques. Les représentations de films ont cessé dans les années 1980.

«Quand on arrive au château, on a le hall qui a été spectaculairement restauré, la grande salle, la grande scène et il y a le rideau de scène d’origine, a fait savoir Marie-Dominique Lahaise, guide de la visite. On entre dans la salle et on monte dans la partie du balcon, qui est normalement fermée. On va admirer un palace de quartier.»

Cinéma Beaubien

Cinéma de quartier construit en 1937, on apprendra son histoire et surtout, comment il est parvenu à survivre, malgré qu’il soit excentré et que disparaissaient une après l'autre les petites salles à travers les décennies.

«Ce n’est pas juste une place où on présente des vues, c’est aussi un organisme d’économie sociale, et cette dimension est beaucoup moins connue, a souligné Marie-Dominique Lahaise. L’ancien Beaubien est devenu Dauphin (1960) et a été menacé de démolition. La communauté s’est mobilisée, car elle en avait assez de la fermeture systématique de toutes les salles.»

Départ de l’autobus : square Saint-Louis (près du métro Sherbrooke, sortie rue Berri Ouest)

Fin de la visite : métro Beaubien

Durée : 3 heures

Billetterie (achat en ligne) : autremontreal.com