/news/law

Coupable d'agressions sexuelles

Jean-Louis Savard obtient sa liberté provisoire

Jean Houle | TVA Nouvelles

Le sexagénaire Jean-Louis Savard a obtenu sa liberté provisoire par la Cour d'appel, au grand désespoir de ses victimes.

«On a une justice de merde!!!» a dit l'une d'elles, Conrad Desbiens. «On n'a plus de justice!», a souligné sa soeur Lynda. «Lui va passer un beau Noël, pas nous!»

En juin 2015, Savard avait été condamné à six ans de pénitencier après avoir été déclaré coupable d'agressions sexuelles sur cinq neveux et nièces âgés de 6 à 13 ans, de 1964 à 1971, principalement à Saint-David-de-Falardeau, au Saguenay–Lac-Saint-Jean.

La Cour d'appel a reconnu le caractère odieux des crimes, mais rappelle que l'accusé a bénéficié de sa liberté provisoire, d'abord entre le verdict et le prononcé de la sentence, ensuite après avoir signifié son intention de porter sa cause en appel. Il avait respecté toutes ses conditions.

La juge Dominique Bélanger estime donc que la confiance du public ne serait pas minée si l'homme sortait de prison jusqu'à la décision de la Cour suprême.

«Je me sens détruit, abandonné, par la justice», a dit Conrad Desbiens.

«Il va sortir et nous faire encore du mal!» craint Lynda Desbiens. «Il est en prison, mais on le sent proche! On n'est pas bien là-dedans!»

De son côté, le directeur des poursuites criminelles et pénales, Me Sébastien Vallée, a souligné: «Il y a beaucoup d'émotivité de leur part et c'est compréhensible».

Les victimes auraient, à tout le moins, souhaité qu'une condition spécifique soit imposée pendant sa liberté provisoire. «Qu'ils ne le laissent pas en présence d'enfants», a mentionné Lynda Desbiens.

La Cour suprême entendra la cause au printemps 2017.

Dans la même catégorie