/news/politics

Défense personnelle

Les femmes devraient avoir le droit d'utiliser du gaz irritant

Agence QMI

Jim Wells/Calgary Sun/QMI Agency

Se disant préoccupée par la sécurité des femmes canadiennes, une candidate à la direction du Parti conservateur veut permettre le port et l’utilisation de bonbonnes de gaz irritant ou de gaz poivré pour se défendre.

L’ex-ministre Kellie Leitch, qui accumule les propositions-chocs, souhaite modifier le Code criminel, qui range ces vaporisateurs dans la catégorie des armes prohibées.

Mme Leitch veut ainsi lever l’ambiguïté au sujet de l’utilisation du gaz irritant, a-t-elle expliqué jeudi.

À l’heure actuelle, dit-elle, il est illégal de posséder cette arme non létale, mais son utilisation en cas de légitime défense ne mènera pas nécessairement à des accusations.

«Dans notre pays, beaucoup trop de femmes sont victimes de violence physique et sexuelle, affirme-t-elle dans une déclaration écrite. En tant que première ministre, je vais prendre des mesures pour renforcer les droits des femmes de se défendre contre ceux qui voudraient leur faire du mal.»

Selon la députée ontarienne, «la loi ne devrait pas nuire aux femmes qui sont victimes de violence, lorsqu'il existe des moyens non létaux pour se protéger».

Dans sa déclaration, Mme Leitch étaye son argumentaire avec des faits tirés de la base de données de Statistique Canada.

En 2011, quelque 175 000 femmes ont déclaré avoir été victimes de violence, selon l’agence fédérale.

Une autre étude de l’institut de la statistique démontre qu’environ 50 % des Canadiennes de plus de 16 ans ont connu au moins un incident de violence physique ou sexuelle au cours de leur vie.

Depuis le début de la course à la chefferie du Parti conservateur, Kellie Leitch multiplie les propositions-chocs.

L’ex-ministre du Travail et de la Condition féminine a notamment suggéré de démanteler Radio-Canada et de faire passer un test «sur les valeurs canadiennes» aux nouveaux arrivants.

Elle a aussi eu à se défendre d’être raciste après s'être réjouie de l'élection du président élu Donald Trump.