/regional/troisrivieres/mauricie

L'intimidation à l'ère d'Internet

Une séance de cinéma pour sensibiliser les jeunes

TVA Nouvelles

L'avènement des réseaux sociaux a donné une tribune aux intimidateurs de tout genre, notamment chez les adolescents. Des élèves de Trois-Rivières ont eu droit aujourd'hui à la projection du dernier film de Yan England pour réfléchir à ce sujet.

1:54 ouvre les yeux de bien des jeunes sur un problème qu'ils côtoient pourtant au quotidien. Il y a deux mois, quatre jeunes de l'école des Pionniers ont vu le long-métrage. Tout de suite, ils ont voulu en faire profiter toute l'école.

«Puis, quand je l'ai vu, ça frappe, a raconté Antoine Massicotte, l’un des instigateurs du projet. Tu le vois une fois, puis... tu te poses des questions.»

«Je voulais aussi amener les jeunes à en parler parce que c'est sûr qu'il y en a qui vivent ça, puis qui ne veulent pas en parler parce qu'ils ont peur, puis des choses comme ça», enchaîne Maev Lafontaine, qui est elle aussi à l’origine du projet.

Yan England a tout de suite accepté la demande des quatre jeunes, mais tenait à ce que son film soit présenté à l'extérieur des murs de l'école.

«Si tu visionnes le film à l'école même, si tu vis des choses, c'est la maison de ton bourreau, ton école, explique le réalisateur. Tandis que le cinéma, c'est une zone neutre.»

«On ne voit plus du taxage, ça n'existe quasiment plus, soutient Marie-Hélène Côté, psychoéducatrice à l’école des Pionniers. On voit plus, maintenant, de l'intimidation, de la cyberintimidation, alors on est vraiment confrontés à ça, oui.»

Plusieurs jeunes qui ont assisté à la projection ont d’ailleurs reconnu le problème et ont partagé leur intention de changer leur comportement.

Dans la même catégorie