/news/politics

Fautes sur son site Internet

Le français massacré par Parcs Canada

Hugo Bourgoin | TVA Nouvelles

Capture d'écran du site Internet de Parcs Canada

«Participer (sic) dans (sic) le Concours Découvrir le Canada pour courez (sic) la chance de gagner un voyage inoubliable de sept jours pour quatre personnes dans l'Ouest de Terre-Neuve.» Non, il ne s'agit pas d'un extrait du devoir d'un élève du primaire anglophone apprenant le français, mais bien d'une phrase tirée du site Internet de Parcs Canada, qui relève du gouvernement fédéral.

TVANouvelles.ca a été en mesure de constater que la partie du site dédiée à la carte Découverte 2017, qui donne un accès gratuit aux parcs nationaux et autres sites relevant de l'organisme à l’occasion du 150e anniversaire de la Confédération, est truffée de fautes visiblement en raison d'une mauvaise traduction de l'anglais.

Erreurs d'accord, utilisation du mauvais temps de verbe, mot manquant: en quelques paragraphes seulement, nous avons été en mesure de repérer une dizaine d'erreurs parfois flagrantes, parfois plus subtiles, en plus de formulations boiteuses.

«Si vous voyagez au lieu de Parcs Canada de votre choix d'ici 3 semaines de votre commande, vous pouvez procurer (sic) votre Carte d'entrée découverte a (sic) votre arriver (sic)», peut-on notamment lire lors de la transaction pour se procurer la carte.

Au moment d’écrire ces lignes, Parcs Canada n’avait pas répondu à nos questions. Impossible, donc, de confirmer si l’extrait en question a été traduit ou par un logiciel ou par une personne et s’il a été révisé par la suite.

«Cochonnerie destructrice»

Joint par TVANouvelles.ca, le président de l'organisme Impératif français qui «défend et fait la promotion» de la langue de Molière n'a pas mâché ses mots lorsque nous lui avons fait part de cette situation.

«C'est de la cochonnerie irrespectueuse et destructrice qui a comme effet de maintenir le Canada sur la voie de la banalisation de l'importance du français», a affirmé Jean-Paul Perreault, qui s'est montré peu surpris des fautes commises par Parcs Canada.

«Ce n'est pas la première fois que le gouvernement fédéral maltraite, banalise la langue française», a-t-il ajouté, mettant entre autres en cause la réduction des ressources au Bureau de la traduction du Canada. «Il devrait y avoir dans chaque ministère des réviseurs spécialisés», a-t-il ajouté.