/news/society

Meurtres de leurs enfants

Trois mères veulent être reconnues comme victimes par l'IVAC

TVA Nouvelles

Après Isabelle Gaston, trois autres mères dont les enfants ont été tués par leur ex-conjoint présentent une demande à l'IVAC (Indemnisation des victimes d'actes criminels) pour être reconnues comme victimes).

Cet automne, un reportage choc de J.E. dénonçait la façon aride dont l'IVAC traitait les parents en deuil.

Marie-Paule McInnins, Huguette Archambault et Sylvie Dupras ont toutes perdu leurs enfants dans des circonstances tragiques.

Ces trois femmes ont survécu plusieurs années sans aucune aide. Avec l'Association des Familles de Personnes Assassinées ou Disparues (AFPAD) aujourd'hui, elles veulent obtenir réparation auprès de l'IVAC.

Dans le passé, des parents qui ont adressé une demande à l'IVAC ont trouvé leur expérience difficile. C'est le cas de Patrick Desautels, dont les trois enfants ont été assassinés par son ex-conjointe.

Le Parti québécois souhaite que la situation s'améliore et rappelle les conclusions du rapport de la Protectrice du citoyen sur l'IVAC déposé en septembre.

Dernièrement, l'IVAC a accordé le statut de victime à France Ainsley. Malgré cette victoire, rien ne diminue la douleur de perdre un enfant.

Dans la même catégorie