/news/law

Quand la jalousie tourne au meurtre

Six ans de prison pour avoir tué son meilleur ami

TVA Nouvelles

Daniel Semples, qui a plaidé coupable à une accusation réduite d’homicide involontaire pour le meurtre de Nicolas Quintal survenu en avril 2012 en Outaouais, a écopé d’une peine de six ans de prison, mercredi, au palais de justice de Gatineau.

Nicolas Quintal, 18 ans, originaire du secteur d'Aylmer, à Gatineau avait été retrouvé sans vie près du chemin Farrell, dans le Pontiac en Outaouais.

Nicolas Quintal

Semples, qui avait 19 ans à l’époque, était jaloux de la copine de Quintal. «Daniel écrivait des messages à Nicolas comme quoi il devait laisser Marie, sinon il allait le regretter», a raconté la mère de la victime, en entrevue avec TVA Nouvelles.

Les deux amis devenus rivaux s’étaient donné rendez-vous pour tenter de s’expliquer.

Daniel Semples

«Nicolas voulait arranger les choses, Daniel n’a pas accepté. C’est un coup de barre sur la tête puis l’étranglement. Daniel a eu un coup de rage, il le voulait mort», avait expliqué Mme Charron, en octobre dernier.

L’accusé avait ensuite tenté de camoufler son crime en cachant le corps de son défunt ami dans le coffre d’une voiture. «Moi, j’appelle ça de l’acharnement. Pour la juge, ça s’appelle plus du camouflage», a soutenu la mère de Nicolas Quintal.

Après quatre années de procédures judiciaires, la mère de Nicolas s’est dite insatisfaite de la peine du meurtrier. «C’est un geste qui devrait être puni et qui mérite une plus grosse sentence. Moi, mon fils, sa sentence est à vie», a-t-elle soutenu.

«Je suis déçue. Même si je m’attendais à peu, j’espérais en dedans de moi un plus beau cadeau», a ajouté Anie Charron.

Mais la mère de famille peut maintenant espérer tourner la page.

«Je sais que peu importe le nombre d’années qu’il va faire en dedans, ça ne me ramènera jamais mon fils», a conclu la mère de Nicolas Quintal.

Dans la même catégorie