/news/society

Violentes tempêtes

Le réseau routier vulnérable à l’érosion

TVA Nouvelles

Alors que la Sécurité civile évalue toujours les dégâts causés aux habitations situées le long du littoral sur la Côte-Nord à la suite de la violente tempête de la semaine dernière, on constate que le réseau routier est vulnérable à l'érosion.

La route 138 a été malmenée en Minganie. À Sheldrake, de puissantes vagues ont frappé l'ouvrage d'enrochement qui protège la route 138 à l'entrée du village.

Le remblai s'est érodé si bien que les glissières ont été suspendues dans le vide. Des réparations temporaires ont été effectuées au cours des derniers jours.

Des travaux plus importants devront être réalisés au cours des prochains mois afin de s'assurer que la prochaine tempête n'atteigne pas plus sévèrement la route.

La route 138 a tout de même tenu le coup devant cette tempête violente. Mais elle reste vulnérable à plusieurs endroits. C'est aussi le cas d'autres routes provinciales ou municipales de la Côte-Nord, du Bas-Saint-Laurent, de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine.

Des chercheurs ont évalué les coûts de l'impact potentiel de l'érosion côtière dans le Québec maritime. D'ici 50 ans, 294 km de route et 26 km de chemins de fer seront exposés à l'érosion. La perte économique potentielle d'ici 2065 est estimée à 1,5 milliard de dollars.

Le ministère des Transports surveille le phénomène d'année en année pour assurer la sécurité des usagers de la route et accentue la surveillance en cas de tempête.

Les dommages causés aux habitations et infrastructures de transport seront de plus en plus nombreux au cours des prochaines années avec la hausse du niveau de l'eau, la diminution du couvert de glace en hiver et l'augmentation de la fréquence des tempêtes.