/finance/homepage

Le resserrement des règles hypothécaires va-t-il freiner le marché?

Forte hausse des ventes de condos neufs dans le grand Montréal

Martine Turenne | Argent

JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Les ventes de condos neufs ont bondi de 22% durant les neuf premiers mois de 2016 à Montréal, et de 52% au cours du troisième trimestre, par rapport à l’an dernier, selon un rapport de Groupe Altus.

Sur tout le territoire du grand Montréal, incluant la périphérie, 1276 ventes ont été répertoriées lors de ce trimestre, dont un peu moins de la moitié (512) au centre-ville (une augmentation de 76% par rapport à la même période en 2015), et 421 dans le reste de l’île de Montréal.

Pour un cinquième trimestre consécutif, note Altus, la demande est supérieure à la nouvelle offre. «Nous constatons un resserrement du marché du neuf en 2016 avec un regain de la demande et une modération de l’offre», dit Vincent Shirley, directeur de l’équipe résidentielle chez Groupe Altus.

En effet, 12 projets et 686 nouvelles unités ont été mis en marché au troisième trimestre 2016. La nouvelle offre est de 41% inférieure à la moyenne historique.

Les ventes ont été particulièrement bonnes au centre-ville de Montréal, dans l’ensemble de l’île et sur la Rive-Sud. Laval et la Couronne Nord ont connu des hausses plus modestes.

Au centre-ville, ce sont les projets Tour des Canadiens phase 2, Exalto et Lowney sur ville phase 4 qui ont été les meilleurs vendeurs.

La quantité de condos neufs invendus disponibles pour occupation immédiate a baissé de 19 % depuis un an dans la grande région de Montréal, selon Altus.

Resserrement hypothécaire injustifié

Ces bonnes nouvelles ne dureront peut-être pas. Vincent Shirley dit avoir des appréhensions sur les effets négatifs qu’apporteront les nouvelles règles de resserrement hypothécaire (stress test) de la SCHL, notamment pour les premiers acheteurs en 2017.

Avec moins de 20% de mise de fonds, les futurs acheteurs doivent en effet se qualifier pour un emprunt à un taux de 4,64%, alors qu’il est plutôt de 2% dans la réalité.

«Le marché a déjà subi une douche froide en 2012 lorsque les nouvelles règles ont imposé un remboursement maximal de 25 ans pour une hypothèque, au lieu de 30, dit Vincent Shirley. Les trois années qui ont suivi ont été plus difficiles. Là, depuis un an, on assiste à une reprise solide. On verra les effets de ce resserrement, qui est entré en vigueur en novembre, cet hiver et encore plus, au printemps.»

Plusieurs acheteurs potentiels remettront à plus tard leur décision de devenir propriétaire. «Ce resserrement des règles n’était pas justifié pour Montréal, dénonce Vincent Shirley. On a appliqué une mesure nationale pour un problème de surchauffe à Vancouver.»

Selon les derniers chiffres de la Fédération des Chambres immobilières du Québec, note M. Shirley, il y a eu une augmentation des ventes de maisons dans les derniers mois de 2016.

«Mais si on examine les chiffres de plus près, la hausse s’est faite dans le créneau des maisons de 400 000$ et plus, dit-il, et non pas dans celui des premiers acheteurs, soit entre 200 000$ et 300 000$.»