/regional/montreal

Syndicat des cols bleus regroupés de Montréal

Chantal Racette demande un vote de confiance

Yves Poirier | TVA Nouvelles 

TVA Nouvelles a appris que la présidente du Syndicat des cols bleus regroupés de Montréal, Chantal Racette, a elle-même demandé un vote de confiance aux 6500 membres du syndicat. Toutefois, celui-ci pourrait être compromis avant sa tenue.

«Elle veut en avoir le coeur net», a indiqué le porte-parole du syndicat, André Lepage.

Toutefois, ce vote de confiance est contesté. Claude Sauvé et d’autres directeurs syndicaux n’ont pas été consultés. M. Sauvé affirme qu’un tel vote doit être approuvé par l’exécutif.

Par ailleurs, le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) a déclaré par voie de communiqué mercredi qu’il ne cautionnerait pas ce vote de confiance parce qu’il ne respecterait pas les statuts et les règlements.

Ce vote doit avoir lieu jeudi entre 6h et 20h à l'église Saint-Arsène, située au 1015, rue Bélanger. Le syndicat invite les membres à venir voter avant ou après leur quart de travail.

Mme Racette n’a pas complété la deuxième année de son mandat.

Mardi dernier au palais de justice de Montréal, le Syndicat des cols bleus et elle ont été condamnés à des amendes de 103 000 $ pour outrage au tribunal.

Plus tôt, en 2016, Chantal Racette s’était retrouvée au cœur d’une controverse alors qu’elle était soupçonnée d’avoir donné l’instruction d’installer un dispositif de surveillance sur les véhicules de deux directeurs syndicaux.

Dans la même catégorie