/news/currentevents

Attentat à Québec

Aucun signe précurseur

Stéphanie Martin

 - Agence QMI

Les forces policières et de renseignement n’avaient aucun signe que Québec aurait pu être visée par une menace.

C’est ce qu’a soutenu le chef du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ), Robert Pigeon, lundi.

«Aller jusqu’à très récemment, j’étais en contact avec le SCRS (Service canadien du renseignement de sécurité) et avec les gens de la structure de gestion policière contre le terrorisme qui m’ont assuré qu’il n’y avait absolument aucune menace pour la Ville de Québec. Le niveau de menace demeurait modéré pour l’ensemble du Canada.»

Le SPVQ ne pouvait par ailleurs pas lier la tuerie de dimanche à l’un des gestes qui ont été posés au cours des derniers mois contre la communauté musulmane à Sainte-Foy. Cet été, une tête de porc avait été laissée devant la porte de la grande mosquée de Québec. Aussi, des tracts islamophobes avaient été distribués dans les boîtes aux lettres de Sainte-Foy.

Non fiché

«Les personnes qui ont été arrêtées étaient absolument inconnues des milieux policiers», a indiqué le chef Pigeon. D’autres interpellations pourraient survenir. «Il peut y avoir des interpellations et d’autres témoins qui peuvent être rencontrés.»

Le SPVQ a déployé 200 policiers sur le terrain et collabore avec la GRC et la Sûreté du Québec. «Nous partageons nos expertises.»

Toutes les personnes qui se trouvaient à l’intérieur de la mosquée lors de l’attaque ont été rencontrées par les enquêteurs afin qu’elles puissent apporter des éléments à l’enquête.

Dans la même catégorie