/news/currentevents

Six personnes abattues dans une mosquée

Au moins dix enfants en deuil après l’attentat de Québec

Daphnée Dion-Viens | Agence QMI

Des élèves de la commission scolaire des Découvreurs ont perdu un proche dans la fusillade survenue dans une mosquée de Québec dimanche soir.

Au total, plus d’une vingtaine d’élèves et une enseignante ont été touchés de près ou de loin par les événements. Deux enfants ont même été témoins de la tragédie.

La communauté de la commission scolaire des Découvreurs a été «frappée de plein fouet», a affirmé d’entrée de jeu le président, Alain Fortier, lors d’un point de presse lundi matin. Un «mouvement de panique et d’inquiétude» s’est fait sentir dans les dix écoles où des élèves ont été touchés par les événements, a-t-il affirmé.

La commission scolaire a mis en place une cellule de crise afin d’offrir de l’aide psychologique dans ces écoles. Plusieurs travailleurs sociaux et psychologues sont présents pour offrir de l’aide aux élèves, en collaboration avec le CIUSS de la Capitale-Nationale.

Des élèves - cinq ou six environ - ont refusé d’aller à l’école lundi. «Ils sont craintifs, ils ont peur. Certains ont vécu des choses similaires dans leur pays d’origine», explique Mario Plante, directeur adjoint des services éducatifs.

Pour leur venir en aide, le CIUSS a mis en place un point de service à l’hôpital Jeffrey Hale.

Dans certaines écoles, il n’y a pas eu de récréation à l’extérieur en raison de craintes chez les élèves. «Les jeunes de sixième année sont plus conscients de ce qui se passe dans certains milieux», indique M. Plante.

«C’est le temps de parler des vraies affaires avec les enfants», a ajouté M. Fortier, rappelant l’importance de mettre de l’avant des valeurs de respect et d’inclusion. Dans les classes, les enseignants ont reçu des consignes générales, mais la façon d’aborder le sujet variera selon les classes et les personnes touchées. «C’est l’incompréhension qui va habiter nos élèves pendant un bout de temps», a laissé tomber M. Fortier.

À la commission scolaire des Découvreurs, qui couvre l’ouest de Québec, le quart des 12 000 élèves ont des parents qui sont nés à l’extérieur du Québec.

Aide psychologique au cégep de Sainte-Foy

Du soutien psychologique a aussi été mis en place au cégep de Sainte-Foy, où plusieurs étudiants et employés ont été touchés par les événements.

Sans pouvoir préciser le nombre, la porte-parole Geneviève Bastien a indiqué que des «gens ébranlés» ont franchi les portes du cégep.

Les mesures de sécurité ont été renforcées, tout comme sur le campus de l’Université Laval.

Dans la même catégorie