/news/currentevents

Attentat à la mosquée de Sainte-Foy

«Rentrez chez vous, un tireur fou se promène avec un gun»

TVA Nouvelles

Une famille de quatre enfants habitant un immeuble du voisinage se remet péniblement de ses émotions au lendemain de l’attentat terroriste qui a fait six morts dans une mosquée de Sainte-Foy.

Ce matin, la mère a tenu à rassurer ses enfants en allant les conduire à l’école, en leur disant qu’un événement aussi dramatique que celui-là n’arrive pas fréquemment, a-t-elle confié à TVA Nouvelles.

«Nous passons ici tous les jours avec les enfants et ce matin, on est allé les reconduire jusqu’à une partie du trajet pour les rassurer», témoigne cette femme mariée à un musulman.

Mais que peut-on dire à ses enfants lorsqu’on habite à un coin de rue d’événements aussi violents? «J’ai dit à mes filles sur le chemin de l’école: "il y a peut-être des enfants de ta classe ou des amis dans l’école qui ont perdu leur papa. Il faut faire attention, si vous avez besoin de parler, on est là, et l’école aussi".»

Hier soir, le mari était à l’extérieur du logement familial immédiatement après l’attaque.

«Il y avait plein de voitures de police et des ambulanciers, je ne comprenais pas trop ce qui se passait, je pense qu’ils cherchaient l’un des tireurs, raconte-t-il. On m’a dit de rentrer chez moi parce qu’il y a un tireur fou qui se promène avec un gun», dit l’homme, qui a été fouillé de façon «préventive» par les forces de l’ordre.

«C’est décevant, surtout à la Ville de Québec, où il y a peut-être moins de pourcentage de criminalité. Personne n’attendait [cet attentat] ici à Québec», ajoute-t-il.

Une dizaine d’enfants directement touchés par l’attentat d’hier fréquentent une école à proximité du Centre culturel islamique de Québec. Ils sont pris en charge par des cellules de crise, qui tenteront de les aider à surmonter cette dure épreuve.

Par ailleurs, une vigile aura lieu ce soir devant le Centre, théâtre de la tuerie.

«On invite toute la population à se joindre à nous entre 18h et 20h pour manifester leur solidarité à l’église Notre-Dame de Foy», précise Annie Demers-Caron, co-organisatrice de la vigile.

Dans la même catégorie