/news/politics

Attentat à la mosquée de Sainte-Foy

Tous solidaires envers la communauté musulmane de Québec

Stéphanie Martin | Journal de Québec

 - Agence QMI

D’une seule voix, les élus de la région de Québec, toutes allégeances confondues, et les leaders de la communauté musulmane ont condamné la violence survenue dimanche soir à la Grande Mosquée de Québec, à Sainte-Foy.

«Ça nous frappe comme un train. Comment ça se fait que ça arrive à Québec?» a dit le maire Régis Labeaume, encore sous le choc lundi matin.

«Ce n’est pas seulement la communauté musulmane qui est touchée. Ce sont tous les citoyens de Québec qui sont touchés», a lancé le maire.

Le premier ministre, Philippe Couillard, a martelé qu’il faut appeler à la tolérance. «Il faut manifester l’ouverture et la tolérance. C’est l’appel que je veux lancer aux Québécois.»

«Ils ont été assassinés dans le dos, alors qu’ils faisaient la prière», a réagi, en pleurs, Benabdallah Boufeldja, un leader de la communauté musulmane de Québec. Les autorités «nous réconfortent à l’effet qu’on nous reconnaît comme des citoyens à part entière. On va continuer comme avant à être des citoyens à part entière.»

Les élus de tous les partis provinciaux québécois se sont rendus lundi à l’hôtel de ville de Québec, pour participer à une conférence de presse commune avec le maire Régis Labeaume et le premier ministre du Québec, Philippe Couillard.

Agnès Maltais, du Parti québécois, Éric Caire de la Coalition avenir Québec, ainsi que plusieurs représentants des partis, dont le ministre François Blais, Sam Hamad, André Drolet et Raymond Bernier, entre autres, s’étaient déplacés.

Le ministre fédéral de la Famille, Jean-Yves Duclos, a également annulé un déplacement à Ottawa pour être présent.

Le maire, le premier ministre et le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, ont rencontré lundi matin à 10h les leaders de la communauté musulmane pour tendre la main et chercher des solutions à la suite de la tuerie qui a eu lieu à la mosquée de Sainte-Foy. Mais aussi pour démontrer la solidarité de toute la région envers le drame que vivent les victimes.

«Nous sommes tous des frères dans cette cause», a exprimé l’un des principaux représentants des trois mosquées de Québec.

«Je n'ai pas dormi de la nuit»

La nuit a été courte et difficile pour le maire de Québec. «Il n'y a pas eu de nuit. Je n'ai pas dormi», a lancé le maire de Québec, Régis Labeaume, à son arrivée à l'hôtel de ville, lundi matin. Avec le premier ministre, Philippe Couillard, il avait tenu dans la nuit une conférence de presse qui s'est étirée au-delà de 2h30 du matin.

Encore fortement ébranlé, le maire peinait à exprimer son désarroi. «On essaie de comprendre...»

M. Labeaume dit avoir été contacté par l'ex-mairesse de Lac-Mégantic, Colette Roy-Laroche. «J'ai tout compris ce qu'elle voulait dire», a-t-il laissé tomber, en référence à la tragédie qu'a vécue sa ville.

La nouvelle de l’attentat a rapidement fait le tour de la planète. Lundi matin, des médias de partout avaient déjà contacté le service des communications de la Ville de Québec. Entre autres, BBC World, le «New York Times», le «Washington Post», CNN, et son animateur vedette Anderson Cooper, ABC News et «Good Morning America».

Si vous souhaitez faire parvenir un témoignage de sympathie à la suite de l'attentat terroriste dans une mosquée de Québec, vous pouvez nous le faire parvenir par messagerie privée sur notre page Facebook.

Dans la même catégorie