/finance/homepage

Nervosité face aux décisions de Trump

Les marchés boursiers sont en baisse

TVA Nouvelles et Agence France-Presse

Les marchés sont en baisse lundi, probablement une réaction aux mesures prises par le président américain Donald Trump pour limiter l’immigration.

À 14 h 00, les principaux indices nord-américains reculent en moyenne d’un pourcent. À Toronto, le S&P/TSX était en recul de 1,30 % à 15 373,93. L’indice vedette américain, le Dow Jones, perdait 0,92 % à 19 908,81, après avoir dépassé son record de 20 000 points la semaine dernière. Le S&P 500, lui, était en baisse de 0,94 % à 2273,05 et le Nasdaq cédait 1,09 à 5599,57.

« On sait que les compagnies américaines utilisent des travailleurs  étrangers. Aussi, la façon dont ça a été fait, ça semble avoir été fait très rapidement sans penser beaucoup aux conséquences. On dirait que les investisseurs étaient très très positifs sur l’arrivée de Donald Trump. Il y en a là qui se posent des petites questions », explique l’économiste principal de Desjardins Mathieu D’Anjou.

Le nouveau président des États-Unis a signé un décret, vendredi, interdisant l’entrée aux ressortissants de sept pays à majorité musulmane. Une décision qui a été vivement critiquée, entre autres par des grandes entreprises.

Elles évoquaient avant tout la publication, lors du week-end, d'un décret qui interdit pendant 90 jours l'entrée sur le territoire américain aux ressortissants de sept pays musulmans.

«Les critiques de la presse et les nombreuses manifestations qui ont suivi ont apparemment poussé certains investisseurs à se placer en retrait en raison de l'incertitude croissante sur la capacité du président à ne pas causer de dommages à l'économie américaine», a avancé Michael Hewson de CMC Markets.

Pour l'heure, la réaction de Wall Street reste limitée.

«Les mesures sur les pays à majorité musulmane n'ont que des implications limitées d'un point de vue macro-économique», a résumé dans une note Jim O'Sullivan, de HFE Economics.

Dans ce contexte, les indicateurs américains du jour semblaient passer au second plan, d'autant qu'ils remontent à une période préalable à la présidence Trump. Les investisseurs ont tout de même pu assimiler de légères progressions des dépenses et revenus des ménages en décembre, et une progression continue de l'inflation, également le mois dernier, selon le département du Commerce.

Les marchés attendent surtout une décision de la Réserve fédérale mercredi puis les chiffres mensuels de l'emploi vendredi.