/news/society

10% des patients

Les CHSLD du Québec sont-ils faits pour de jeunes résidents?

Harold Gagné | TVA Nouvelles

Alors que les places en CHSLD se font de plus en plus rares pour les aînés au Québec voici un constat troublant: une personne sur dix hébergée dans ces centres a moins de 64 ans.

Selon la Coalition Avenir Québec qui a obtenu ces chiffres, cela démontre que le ministère de la Santé a carrément laissé tomber ces personnes plus jeunes comme Charles-Olivier Rathier qui a 25 ans.

Depuis 2013, Robert Rathier se bat pour que son fils puisse quitter le CHSLD Champlain de Brossard et retourner dans une ressource intermédiaire où il a vécu pendant 13 ans avec d'autres jeunes comme lui. Il a l'âge mental d'un garçon de 5 ans. Il est autiste, incontinent, et est gavé.

Il avait 22 ans quand il a été envoyé en CHSLD par le ministère de la Santé parce qu'il ne pouvait plus demeurer dans une résidence intermédiaire. La loi a été modifiée. Il ne peut plus y avoir de contention dans ces maisons. Son lit spécial, entouré de filets pour sa sécurité, représente une contention.

Les fonctionnaires et les gouvernements qui se sont succédé lui ont promis que son hébergement en CHSLD serait temporaire, mais cela perdure.

«Sa situation se dégrade, affirme son père, Robert Rathier, qui lui rend visite de nombreuses fois par semaine. Il fait de plus en plus de crises d'épilepsie.»

Charles-Olivier a été battu à quelques reprises par des résidents âgés avec des problèmes cognitifs. Il a réussi à filmer une des agressions avec sa tablette numérique.

La Coaltion Avenir Québec a décidé de s'en mêler.

Son critique en matière de santé, François Paradis, répète que Charles-Olivier n'est pas à sa place et que ça coûterait beaucoup moins cher s'il était hébergé dans une ressource intermédiaire.

Selon des chiffres obtenus par la CAQ. Il y a 36 500 personnes hébergées dans 447 CHSLD au Québec.

Environ 3500, 1 sur 10, ont moins de 64 ans. 1300 sont à Montréal. 550 vivent en Montérégie comme Charles-Olivier.

«Il y a deux ans, ajoute François Paradis, une sous-ministre de la santé a écrit à Robert Rathier qu'un CHSLD n'est pas un endroit adapté à la condition de son fils.»

Le ministre Gaétan Barrette avoue lui aussi que des jeunes ne devraient pas vivre en CHSLD.

Il dit que c'est la faute du fédéral et de la réduction des paiements de transfert en santé.

«Ça prend de l'argent pour construire des centres pour les jeunes!»

Au CISSS de la Montérégie-Ouest, on dit qu'il y a déjà un projet pour accueillir 8 jeunes de 18 à 35 ans dans une unité de CHSLD public ou privé conventionné. L'appel d'offres lancé l'automne dernier n'a pas permis de trouver des intéressés. Il y aura un autre appel d'offres sous peu.

«C'est un projet qui va se réaliser en Montérégie et auquel nous croyons vraiment», affirme Claude Bouchard, directeur des programmes en déficience.

Il ne peut cependant pas fixer une date pour sa réalisation. Robert Rathier, lui, est à bout de souffle. Il a 60 ans et se demande comment sera traité Charles-Olivier quand il ne sera plus de ce monde pour le défendre.