/news/society

Recensement

Des régions se vident lentement

Agence QMI

Les régions du Bas-Saint-Laurent, de la Gaspésie et de la Côte-Nord ont perdu, de 2011 à 2016, 8600 citoyens, près de 8 % de leur population, d'après le dernier recensement canadien.

Confrontés à cette baisse démographique, certains élus et citoyens décident de prendre en main le sort de leur région.

«On est en train de travailler présentement sur un projet pour faire des incubateurs économiques avec les étudiants du cégep, parce qu’il y en a 300 qui viennent de l’étranger et on veut pouvoir en garder. À ces personnes, on va leur donner les facilités, on va les payer pour qu'ils restent», affirme le préfet de la Matanie, André Morin.

La table des préfets planche actuellement sur un plan d'attractivité pour inciter les jeunes à rester.

Le vieillissement de la population, l'immigration, les pertes d'emplois dans les secteurs de l'agriculture et de l'industrie forestière sont loin d'être étrangers à la baisse démographique du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie. Autant de défis pour ceux et celles qui croient en l'avenir de leur région.

«Le seul moyen pour augmenter la population dans les régions c’est que les gouvernements arrêtent d’investir dans Québec, Montréal, Sherbrooke et ainsi de suite», ajoute le maire de Cap-Chat, Jules Landry.

Dans la même catégorie