/news/currentevents

Saint-Louis-du-Ha! Ha!

Un autre ancien combattant s'enlève la vie

Jasmin Dumas

 - TVA Nouvelles

Les dommages collatéraux de la guerre en Afghanistan pourraient bien avoir fait une autre victime. Un ancien combattant d’Edmundston, Carl Jason Dunphy 39 ans, est décédé samedi soir après avoir publié un message de détresse sur les réseaux sociaux.

Une enquête du Bureau des enquêtes indépendantes (BEI) est en cours, mais tout porte à croire qu’il s’agit d’un suicide.

Les proches de Carl Jason Dunphy pleurent sa mort. Samedi les policiers ont reçu un appel pour un homme qui menaçait de se suicider et l’ont intercepté ici à Saint-Louis-du-Ha! Ha!. L’homme de 39 ans aurait alors retourné son arme contre lui. Quelques heures auparavant, l’ancien militaire publiait un message sur sa page Facebook où il raconte se battre depuis un an avec le ministère des Anciens combattants. Ça gruge continuellement mes ressources et mes forces. Ce n’est pas aux amis ni aux conjointes d’écoper parce qu’un organisme n’agit pas, écrivait-il. Sa famille est sous le choc. «C’est le parrain de ma plus vieille. Carl a toujours été proche de mes enfants, proche de tout ce qui lui tenait à cœur, c’était un passionné», témoigne son frère Jimmy. 

Carl Jason Dunphy était artilleur dans les Forces armées canadiennes, retraité depuis quelques années. Il a participé à trois missions en Afghanistan. «L’armée a tout été pour lui. Aujourd’hui c’est sans mots», peine à dire Jimmy, bouleversé. 

Plus de 158 vétérans canadiens se sont enlevé la vie depuis leur retour d’Afghanistan. L’homme originaire du Témiscouata s’ajoute à la triste liste. «On a plus de suicides que de soldats qui sont décédés en Afghanistan présentement, et ça va continuer. Et ça, c’est seulement ceux qu’on sait», déplore Sylvain Chartrand, du Groupe de défense des droits des anciens combattants. 

Le ministère des Anciens combattant a réagi par courriel lundi après-midi. Il assure ne ménager aucun effort dans le soutien de ses vétérans. Sylvain Chartrand en doute: «Il se vante, 4000 professionnels de la santé. Ils sont où ces 4000-là? Et comment y accède-t-on? Pourquoi il n’a pas été capable d’accéder à ces soins-là?»

La famille du défunt préfère attendre les conclusions du Bureau des enquêtes indépendantes avant de commenter les motifs qui auraient poussé Carl Jason Dunphy à passer à l’acte.