/news/society

Meurtre de Kevin Duquet

Encore trop peu d'aide pour les familles des victimes

TVA Nouvelles

Il y a encore trop peu d’aide pour les familles des victimes d’actes criminels, dénonce Dolorès Ouellette, la mère de Kevin Duquet, assassiné à Québec en 2009.

«Ça aurait été beaucoup plus simple et plus doux pour moi et pour toutes les mamans et tous les papas qui ont perdu un enfant de se faire prendre par la main, d’être aidés», dit Mme Ouellette.

Son fils a été poignardé à mort par Jonathan Dulac alors qu’il descendait de l’autobus au terminus Les Saules en 2009.  Jonathan Dulac est sorti de prison en 2014 après avoir purgé le tiers de sa peine de prison pour homicide involontaire.

«J’ai eu de l’aide neuf mois après la mort de mon fils quand j’ai fait une tentative de suicide et je me suis ramassée à l’hôpital en psychiatrie. Sinon avant ça, je n’ai pas reçu d’aide», dénonce-t-elle.

Dolorès Ouellette dit avoir tranquillement repris le dessus, mais garde de grandes séquelles psychologiques.

«On ne redevient jamais vraiment qui on était avant (...) on change énormément, bien souvent ça a des répercussions dans notre travail et dans notre vie sentimentale et on devient un peu plus intolérant à l’injustice», conclut Dolorès Ouellette.

 

Dans la même catégorie