/news/law

Attentat à la mosquée de Québec

Bissonnette sera de retour en cour le 30 mars

Agence QMI

Alexandre Bissonnette, l’auteur présumé de la tuerie au Centre culturel islamique de Québec, a comparu rapidement au palais de justice de Québec et sa cause a été reportée au 30 mars.

Au cours de cette audience, l’avocat de l’accusé de 27 ans a obtenu une ordonnance de non-publication pour «protéger les faits et la preuve». Il n’a toutefois pas demandé d’enquête sur remise en liberté. Vêtu d’un chandail rouge, les cheveux moins en bataille que lors de son dernier passage, l’accusé a jeté un œil dans la salle avant de se mettre à ouvrir la bouche et sortir la langue dans un geste de nervosité.

Alexandre Bissonnette était arrivé sous haute sécurité en fourgon cellulaire au palais de justice de Québec, mardi matin, pour la suite des procédures judiciaires entreprises contre lui.

Il fait face à 11 chefs d’accusation, six de meurtres au premier degré et cinq de tentatives de meurtre.

Le jeune homme se serait présenté à la mosquée située dans le quartier Sainte-Foy le 29 janvier dernier et aurait ouvert le feu sur les personnes qui s’y trouvaient pour la prière du soir.

L’enquête policière était par ailleurs toujours en cours.

La salle d’audience était bondée pour cette comparution et le vice-président du Centre culturel islamique, Mohamed Labidi, était sur place.

«On a de la compassion pour lui», a-t-il dit dans le corridor du palais de justice en soulignant la jeunesse du présumé tueur.

«On a confiance dans le système de justice québécoise. Il faut que ce soit un exemple pour d’autres crimes», a-t-il ajouté en point de presse.

Encore ébranlé par cet attentat qui a coûté la vie à six hommes, M. Labidi compte suivre de près les procédures judiciaires.

«On représente une communauté. Ce sont nos frères. C’est un devoir», a-t-il dit la voix étranglée.

«Je considère que mon deuil n’est pas encore fini. Chaque fois, il faut que je me retienne pour être à la hauteur», a-t-il mentionné avec beaucoup d’émotions.

Il a précisé que malgré l’attaque, la fréquentation à la mosquée de Saint-Foy n’a pas diminué, au contraire.

AFP

«La bonne nouvelle, c’est que la mosquée est de plus en plus remplie», a-t-il souligné.

Parmi les cinq hommes blessés, il a mentionné qu’un est toujours dans le coma, dans un état critique.

Dans la même catégorie