/regional/monteregie

Ils avaient entrepris de repeindre leur école

Le projet de parents bénévoles stoppé par la CCQ

TVA Nouvelles

Des parents qui avaient entrepris de repeindre bénévolement l’école Capitaine-Luc-Fortin de Saint-Sébastien, en Montérégie, sont en colère parce qu’ils ont dû abandonner leurs travaux.

La Commission de la construction du Québec (CCQ) aurait ordonné hier l’arrêt des travaux après avoir reçu une plainte.

«Avec l’aide précieuse de partenaires et de nombreux bénévoles, on repeinturait une partie de notre école pour faire une belle surprise à nos enfants au retour de la relâche. Or, à la suite d’une plainte, la CCQ s’est présentée ce soir à l’école et a arrêté les travaux avant la fin avec comme résultat que nous devrons engager un entrepreneur pour finir les travaux», a écrit le maire de Saint-Sébastien, Martin Thibert, sur Facebook.

«C’est sûr qu’on ne prend pas le travail de personne, certaines parties de l’école n’ont pas été repeintes depuis trente ans. Les commissions scolaires n’ont pas d’argent alors quand une communauté s’unit pour faire des travaux et faire en sorte que ce soit plus propre, je trouve ça dommage que des inspecteurs viennent nous arrêter et fassent peur aux parents», a conclu M. Thibert.

Explications de la CCQ

Bien qu’il comprenne le désarroi des parents de l’école Capitaine-Luc-Fortin, Simon-Pierre Pouliot, porte-parole de la CCQ a indiqué que les inspecteurs n’ont fait qu’appliquer la loi.

«Nous sommes obligés de faire respecter la loi, on ne peut pas choisir quel bout de la loi nous plaît et quel bout ne nous plaît pas», a lancé M. Pouliot.

Il précise toutefois que les parents n’ont pas reçu de contraventions, c’est le DPCP qui décidera ultérieurement s’il y a lieu d’en remettre.

«Un réflexe syndical totalement déconnecté»

Le porte-parole de la Coalition avenir Québec (CAQ), Marc Picard, a sévèrement critiqué la réaction de la CCQ dans cette histoire.

«Cette décision est une aberration, un réflexe syndical totalement déconnecté», a-t-il fait savoir dans un communiqué.

« Les familles du Québec sont tannées de ce genre de syndicalisme qui les brime dans des initiatives porteuses, comme celui de repeindre une école pour leurs enfants. La ministre Dominique Viens doit intervenir sans plus tarder.»

Selon M. Picard, la ministre du Travail doit «rappeler immédiatement à l’ordre» la CCQ.

«Je ne peux pas croire qu’on est rendu à punir des parents qui souhaitent le bien-être de leurs enfants. En plus, on les menace à coup d’amende de 200 $ par jour s’ils osent récidiver et peindre les murs de l’école. C’est un excès de zèle pur et dur!»