/news/society

MÉPACQ

Le communautaire demande un réinvestissement du gouvernement

Agence QMI

Manifestation � la Caisse de d�p�t

MAXIME DELAND/AGENCE QMI

Le Mouvement d’éducation populaire et d’action communautaire du Québec (MÉPACQ) exige du gouvernement du Québec qu’il indexe les subventions octroyées aux organismes de défense de droit «après neuf ans de gel».

«Le gouvernement nous asphyxie lentement mais sûrement. Les groupes n’ont reçu aucune majoration ni indexation de leur subvention gouvernementale depuis 9 ans», a dit Caroline Jean, coordonnatrice du MÉPACQ, par communiqué.

Pendant ce temps, l’organisme calcule que le coût de la vie a augmenté de plus de 13%.

«La situation financière des groupes en défense de droits est si désastreuse qu’on en vient à se demander si l’objectif caché de ce sous-financement n’est pas de faire taire les critiques en poussant les groupes à la fermeture», déplore pour sa part Vania Wright-Larin, coordonnateur du Regroupement d’éducation populaire en action communautaire de Québec et Chaudière-Appalaches.

Le MÉPACQ estime même qu’il existe un retard important en termes de financement chez les groupes de défense des droits par rapport à d’autres domaines.

Le regroupement évalue la moyenne de financement annuelle des groupes en santé et services sociaux à quelque 120 000 $, alors que celle des organismes en défense collective des droits se situerait autour de 55 000 $.

Le MÉPACQ représente 11 tables régionales d’éducation populaire réunissant plus de 200 organismes en défense de droits partout au Québec.