/regional/estduquebec/basstlaurent

Opération de déneigement

L'Est-du-Québec se relève de la tempête

TVA Nouvelles

Après la tempête qui a paralysé l'Est-du-Québec, l'heure est aux opérations de déneigement.

Des équipes seront à pied d'œuvre jour et nuit afin de ramasser ce que la tempête a laissé derrière elle, mais la neige qui continue de tomber retarde les opérations.

Actuellement, seulement 5 ou 10% du territoire est dégagé. Il faudra compter environ 10 jours avant de tout amasser. Depuis mardi soir, les équipes travaillent 24 heures sur 24. Soixante-dix personnes sont déployées le jour et 35 la nuit.

Du côté du ministère des Transports, on indique que même si la route 132 et l'autoroute 20 ont été fermées pendant une partie de la journée, les opérations se sont poursuivies.

Dans la région du Bas-Saint-Laurent/Gaspésie/ Îles-de-la-Madeleine, 3700 km sont sous la responsabilité du ministère. De ce nombre, 24% des contrats de déneigement sont effectués directement par des équipes du ministère. La balance est octroyée à des entrepreneurs.

«Le ministère des Transports suit de façon attentive les conditions météorologiques et reçoit des données de firmes spécialisées pour bien voir venir les tempêtes, a expliqué le porte-parole du ministère des Transports, Guillaume Paradis. Ce qui est prévu, c’est que dès les premiers flocons de neige les équipements de déneigement doivent être sur le réseau pour procéder aux opérations de déblaiement. Par la suite, quand les précipitations ont cessé, ce sont les opérations de déglaçage qui commencent afin que la chaussée revienne dans un état dégagé le plus rapidement possible.»

Malgré le mauvais temps, les accidents ont été peu nombreux dans la région. Mercredi, ce sont principalement des véhicules enlisés qui ont occupé les autorités.

Jeudi matin, on note la sortie de route d'un autobus scolaire dans le Témiscouata et une collision frontale sur l'autoroute 20. Les policiers ont eu un rôle d'assistance également, alors que certaines personnes étaient forcées de se rendre au travail.

«Mercredi, nos policiers ont eu à intervenir pour prêter assistance, entre autres, à des médecins qui devaient se rendre d’urgence sur leur lieu de travail, a commenté Claude Doiron, porte-parole de la Sûreté du Québec. On l’a fait avec les moyens qu’on a. On a même accompagné une sage-femme dans la région de La Mitis pour une dame qui était sur le point d’accoucher. Quand on peut le faire, on va le faire.»

Dans la même catégorie