/regional/estduquebec/cotenord

Démarrage de grands projets

Des gens d'affaires de Sept-Îles demandent l'aide du gouvernement

Alexandre Cantin | TVA Nouvelles 

Les gens d’affaires de Sept-Îles réclament l’aide du gouvernement du Québec pour sauver des entreprises et agir pour favoriser le démarrage de grands projets.

C’est la deuxième fois en un peu plus d’un an qu’ils lancent ce cri du cœur. Un collectif a été créé pour sortir la ville de son marasme économique.

Dix travailleurs de Fabnor, une PME qui a fermé ses portes il y a deux semaines servaient de toile de fond lors de l'annonce de cette initiative vendredi matin. Ils avaient en main un slogan évocateur: «Wo, c'est assez».

«Je ne suis pas supposé d'être ici. Normalement, aujourd'hui, je serais supposé de travailler», a affirmé d'emblée l'ex-employé de Fabnor, Jean-Yves Allain.

«Dans les cinq dernières années, 2000 emplois ont été perdus à Sept-Îles directement dans les grandes entreprises, les sous-traitants et les entreprises de services», a indiqué le président de la Chambre de commerce de Sept-Îles, Steeve Chapados.

Le coordonnateur régional du Syndicat des Métallos, Nicolas Lapierre, en a rajouté. «Si je ne me trompe pas en 2016, on a au-dessus de 400 faillites personnelles dans la région. Ça n’a pas de sens. Les entreprises ferment et tombent comme des mouches. C’est pas une ou deux. Il faut donner un coup de barre à court terme.»

Dix PME seraient sur le point de cesser leurs opérations à Sept-Îles. Pour les sauver et soutenir l’économie, les intervenants réclament du gouvernement un fond d’urgence de 25 millions $. Ils demandent également des actions concrètes pour le démarrage de deux projets importants: Mine Arnaud à Sept-Îles et la mine de fer Champion à Fermont.

«Champion et Mine Arnaud sont en phase de financement précise Steeve Chapados. Champion est très actif pour un démarrage à court terme. On demande une action concrète pour que le gouvernement appuie ses entreprises.»

Dans la même catégorie