/regional/centreduquebec

Drummondville

En train de s’étouffer, un garçon est sauvé par deux policiers

TVA Nouvelles

Un jeune garçon qui s’étouffait avec un raisin a été sauvé par deux policiers la fin de semaine dernière, un événement qui rappelle l’importance de connaître les manoeuvres de Heimlich.

Samedi soir, Anne-Marie Leblond regarde un film avec son conjoint et leurs trois enfants les plus âgés. Les jeunes dégustent un plat de fruits, leur attention portée sur l’écran. Une soirée tout ce qu’il y a de plus tranquille pour la petite famille de Drummondville.

«Soudainement, je vois Benjamin gigoter sur son siège, se prendre la gorge, le souffle bloqué», raconte la mère de famille, en entrevue au «9 Heures» sur LCN. «Il n’y a pas de son qui sort, juste une longue plainte.»

Le garçon de quatre ans se dirige dans la cuisine, s’installe au-dessus de la poubelle et tente de vomir pour expulser le fruit qui obstrue sa gorge. Sans succès.

La panique commence à s’installer. La femme appelle le 911,

«S’entendre dire à haute voix ‘’mon enfant est en détresse respiratoire, il ne peut plus respirer, venez à notre secours’’, de voir ses deux grands enfants dans le salon se boucher les oreilles, c’est quelque chose qui ne se décrit pas, comme la panique qu’on peut ressentir.»

Pendant qu’elle parlait avec l’opératrice du 911, son mari a accouru chez le voisin, Samuel Duguay, policier à la Sûreté du Québec. Ce dernier était en train de souper avec un ami, Pascal Côté, lui aussi policier.

Intervention d'urgence

Un samedi soir sans histoire devient alors une intervention d’urgence pour les deux hommes.

En traversant, M. Duguay se remémore rapidement ses formations en secourisme.

«J’étais prêt quand je suis arrivé dans la maison», raconte-t-il.

Pascal Côté s’est mis à genou devant le garçon pour le rassurer, le calmer et l’encourager à respirer. Son ami s’installe derrière Benjamin, et commence à pratiquer les manoeuvres de Heimlich, utilisées pour désobstruer des voies respiratoires bloquées par un objet.

 «Lorsqu’il faisait les manœuvres, j’ai soutenu Benjamin, parce qu’à un certain moment, il est devenu mou. J’ai senti que les genoux lui faiblissaient», relate M. Côté.

 Après quelques tentatives, le garçon vomit et expulse le raisin qui l’empêchait de respirer.

«On a seulement entendu une longue et puissante inspiration», raconte la mère de l’enfant.

Le tout s’est déroulé en un peu moins de quatre minutes.

«Leur intervention nous a permis d’avoir un petit Benjamin en pleine forme aujourd’hui. Ça n’a pas de prix», souligne Mme Leblond.

Un événement qui rappelle l’importance d’avoir des notions de réanimation cardio-respiratoire, des cours qui abordent habituellement les manœuvres de Heimlich.

Dans la même catégorie