/regional/montreal/monteregie

Gendarmerie royale du Canada

Un dernier hommage rendu au policier Richer Dubuc

Jonathan Guay | Agence QMI 

Fanfare, cavaliers et son de cornemuse ont fait vibrer la base militaire de Saint-Jean-sur-Richelieu samedi après-midi.

Les agents de la GRC portaient leur habit d’apparat pour rendre un dernier hommage à leur frère d’armes, Richer Dubuc, mort dans un accident de la route au début du mois de mars.

«Ce n’est pas facile, car nous sommes une grande famille. C’est une grande perte pour nous, a déclaré au «Journal de Montréal» Érique Gasse, de la GRC. Il a consacré sa vie à aider les autres, à être le premier sur la ligne de front. C’est la moindre des choses que de s’arrêter quelques instants et de se regrouper pour lui.»

Deux heures avant les obsèques, des gendarmes en provenance du Québec, de l’Ontario et du Nouveau-Brunswick, accompagnés de nombreux policiers, militaires et ambulanciers, ont honoré la mémoire de leur «géant gentil» en participant à une marche solennelle.

Des centaines de personnes ont escorté le corbillard jusqu’au bâtiment où s’est déroulée une cérémonie intime, loin des regards.

L’agent de 42 ans a perdu la vie dans un accident de la route à Saint-Bernard-de-Lacolle le 6 mars. Ce père de quatre enfants se dirigeait vers le chemin Roxham, sur la route 202, pour prêter main-forte à ses collègues qui venaient d’intercepter des réfugiés illégaux à la frontière canado-américaine, lorsque son VUS a embouti l’arrière d’un tracteur agricole.

«Il [Richer Dubuc] avait un grand cœur et il voulait toujours aider les gens, a poursuivi M. Gasse. Il était très généreux de sa personne. Quand il y avait un problème à régler, les gens étaient toujours très contents de le voir arriver.»

Décrit comme un «nounours au cœur tendre» par ses proches, le colosse de 6 pi 5 po et 300 lb avait été pompier et ambulancier avant de rejoindre les rangs de la GRC en 2009.

«Il adorait l’adrénaline», avait confié son frère Deitan Dubuc au Journal la semaine dernière. Originaire de Joliette, Richer Dubuc habitait à Saint-Jean-sur-Richelieu depuis peu, après un séjour de sept ans à Moncton. Il était marié depuis bientôt 23 ans à son amour de jeunesse.

Dans la même catégorie