/news/society

Économie du partage

Petit guide pour voyager autrement

John Naïs | Agence QMI

Courtoisie TrocMaison.com

Logements, repas, visites, transports... Voici un petit tour d’horizon qui devrait permettre aux néophytes de s’y retrouver dans le monde en pleine ébullition de l’économie du partage, cette tendance qui pousse de plus en plus de particuliers à partager leurs biens (maisons, voitures) ou leurs connaissances (culinaires, culturelles) pour en faire profiter à d’autres personnes.

1. Dormir chez l’habitant

L'économie du partage offre de nombreuses possibilités de location d’hébergements de courte durée aux voyageurs. Les prix sont très attractifs et il s’agit d’un bon moyen de vivre comme des «locaux» dans les pays que vous visitez.

Le désormais incontournable Airbnb a grandement contribué à cette démocratisation depuis sa création en 2008. Sur le même créneau, il y a HomeAway (racheté par Expedia), Flipkey (racheté par TripAdvisor) ou encore misterb&b qui cible spécifiquement une clientèle gaie.

GuestToGuest et Trocmaison vous permettent quant à eux d’échanger vos maisons.

Votre budget est limité? Vous pouvez toujours dormir sur le canapé d’un inconnu grâce au site Couchsurfing ou planter votre tente chez des particuliers grâce à Gamping si vous allez en France et/ou quelques pays limitrophes.

Quant aux amateurs de caravaning de la Belle Province, ils pourront bientôt consulter RvandBee pour trouver des terrains chez des particuliers québécois.

fr.airbnb.ca
fr.homeaway.ca
www.flipkey.com
www.misterbandb.com/fr
www.guesttoguest.com
www.trocmaison.com/fr
www.gamping.fr
rvandbee.com

2. Le «food-surfing»: manger chez de parfaits inconnus

Des plateformes communautaires comme Vizeat, Eatwith, Cookening, Eatfeastly et Voulez vous dîner donnent l’occasion à des particuliers d’inviter à leur table des voyageurs, ou des locaux, en quête de dépaysement et de nouvelles rencontres.

Les types de cuisines, les prix et les disponibilités dépendent bien entendu de chaque hôte. Sur le site de Cookening, il est même indiqué que celui qui reçoit peut également proposer à ses «invités» de le rejoindre derrière les fourneaux.

Au Québec, c’est évidemment Montréal qui dispose de l’offre la plus grande et la plus variée (cuisine espagnole, perse, mets végétaliens...) La confiance est bien évidemment un ingrédient essentiel pour savourer pleinement l’expérience du «food-surfing».

www.vizeat.com
www.eatwith.com
eatfeastly.com
www.cookening.com/fr
www.voulezvousdiner.com/fr

3. Des visites guidées faites par des habitants

Il n’y a rien de mieux qu’un guide en chair et en os pour profiter pleinement d’une visite. Grâce aux bénévoles du réseau international Greeters («hôtes» en français), vous pouvez découvrir gratuitement d’innombrables villes dans plus d’une centaine de pays. L’objectif de ce mouvement, né à New York au début des années 90, est tout simplement d’offrir une expérience authentique aux visiteurs. Au Québec, seules trois villes font partie de ce réseau: Sherbrooke, Trois-Rivières et Gaspé (parc Forillon).

D’autres plateformes payantes comme U2Guide, Vayable et Peek mettent en contact des guides locaux avec des voyageurs à la recherche d’expériences sur mesure. Que vous vouliez faire un tour des meilleures boulangeries parisiennes, vous faire photographier dans les rues de Montréal ou observer les étoiles à Maui, vous y trouverez votre compte.
globalgreeternetwork.info

www.sherbrookegreeters.com
trois-rivieres.greeters.info
gaspe.greeters.info/fr
www.u2guide.com
www.vayable.com
www.peek.com

4. Se déplacer autrement

Présentée comme le Airbnb de la location de voitures entre particuliers, la plateforme américaine Turo a été lancée au Canada en avril 2016. Le principe est le même que pour Airbnb: on peut y louer, à la journée, à la semaine ou au mois, une voiture et/ou mettre la sienne à la disposition de conducteurs approuvés par l’entreprise. Le plus gros marché de Turo reste pour le moment les États-Unis.

Du côté du covoiturage, de nombreuses options existent. Au Québec, le très populaire Amigo Express (Kangaride en anglais) ou son concurrent Covoiturage.ca mettent en contact des conducteurs et des passagers. Les groupes Facebook sont également une bonne option à considérer ici comme à l’étranger. Et pour finir, comme services de taxi, il y a l’incontournable Uber qui est implanté dans 528 villes à travers le monde, ou son concurrent Lyft si vous voyagez aux États-Unis.
turo.com

www.amigoexpress.com
www.covoiturage.ca
www.uber.com/fr-CA
www.lyft.com