/news/society

Campagnes contre les violences sexuelles

Nouveau code dans les bars pour aider les femmes en détresse

Laurence Houde-Roy | Agence QMI 

Les femmes qui se sentent menacées par un autre client lors d'une sortie dans un bar pourront bientôt commander un nouveau cocktail qui leur permettra de demander de l'aide.

Deux campagnes contre les violences sexuelles sur les campus, «Sans oui, c’est non!» et «Ni viande ni objet», ont annoncé dimanche qu’ils tenteront de convaincre une cinquantaine de bars fréquentés par les universitaires au Québec d’introduire les shooters Angelots, version française du «Angels shot» créé aux États-Unis.

Loin d’être une nouvelle sorte d’alcool, il s’agit plutôt d’un code qu’une femme pourra utiliser auprès des serveurs des bars participants pour obtenir de l’assistance lorsqu’elle se sent menacée ou victime d’une agression. Trois sortes d’Angelots s’offriront à la femme en détresse (voir ci-dessous).

«Ce code permettra à la cliente d’être prise en charge rapidement par le personnel du bar qui lui portera assistance sans qu’elle ait à s’expliquer ou se justifier», a affirmé Patrice Allard, vice-président de l'Alliance pour la santé étudiante au Québec (ASÉQ) qui appuie ce concept. Il espère que cela entrera en vigueur avant les prochaines initiations étudiantes.

«On le voit parfois, des filles qui discutent et qui se font aborder par des hommes insistants, explique Stéphanie Juteau, copropriétaire du resto-bar La Maisonnée près de l’Université de Montréal. Nos serveurs leur offrent déjà de les aider ou de les faire sortir par la porte de la cuisine à l’arrière», dit celle qui a accepté d’adopter les Angelots.

La ministre de l’Enseignement supérieur, Hélène David, a souligné l’importance de cette mesure, consciente que la drogue du viol est toujours présente dans les bars au Québec.

Le Nexus SmartBar à Montréal a d’ailleurs adopté les «Angels Shots» depuis le mois de janvier, car ses serveurs avaient observé deux cas de drogue du viol l’an dernier. Depuis, aucun client n’a eu à utiliser ce code. «Ça restera toujours une bonne mesure de prévention et de dissuasion», indique le copropriétaire Nicolas Desflammes.

Les responsables de la campagne s’attendent à ce que certains clients commandent un Angelot en blague, mais ne souhaitent pas se priver de ce concept pour autant.

Une personne craignant pour sa sécurité dans un bar pourra s’adresser à un serveur et commander trois types d'Angelots:

-Sans glace : le personnel du bar l’emmène dans un lieu sûr (dans la cuisine, dans un bureau...).

-Avec glace : le personnel du bar l’emmène dans un lieu sûr et lui commande un taxi.

-Avec de la lime : si elle pense avoir été victime d’une agression ou avoir été intoxiquée, le personnel du bar appelle la police.