/news/law

Opération Clemenza

Au moins 17 individus liés à la mafia libérés

TVA Nouvelles

Au moins 17 individus liés à la mafia montréalaise et qui faisaient face à de graves accusations seront libres dès demain sans avoir eu à subir un procès puisque la Couronne demande l'arrêt des procédures.

Les accusés avaient été arrêtés au cours des trois phases de l'opération Clemenza en 2014, 2015 et 2016.

Des accusations très graves avaient été portées contre eux: production, trafic et importation de drogue, possession d'armes, enlèvement, incendies criminels et complot.

L'essentiel de la preuve amassée par la GRC reposait sur des millions d'échange de textos. Toutefois, cette preuve ne serait pas assez solide devant la justice puisqu'il est difficile de prouver hors de tout doute qui a envoyé les messages.

«C'est sûr que si on n'a que des échanges textos électroniques sans identification de voix, par exemple, sans être capable non plus de les situer par une triangulation soit par la filature ou d'autres moyens d'enquête qui fait qu'on peut être sûr hors de tout doute que c'est bien la bonne personne qui manipulait le téléphone, l'appareil lorsque le texto est envoyé», explique Me Richard Dubé, criminaliste.

Certaines informations laissent croire qu'au total, 36 des 47 accusés pourraient être libérés. Toutefois, 10 d'entre eux devraient subir leur procès.

Parmi eux, on retrouve deux présumés ténors de la mafia, Marco Pizzi et Liborio Cuntrera.

De plus, Nicola Di Marco, un des accusés de Clemenza et le seul qui avait plaidé coupable, a été assassiné la fin de semaine dernière. Il a été retrouvé dans le stationnement d’un immeuble d’Anjou, à Montréal.

Le procureur au dossier va se présenter mardi au palais de justice de Montréal pour signifier son intention d'abandonner les procédures. Le juge n'a pas le choix d'accepter. Il faut savoir que la Couronne a un an pour revenir sur sa décision.

Dans la même catégorie