/regional/montreal/montreal

Dalle-parc de l’échangeur Turcot

Projet Montréal et plusieurs organismes exigent le respect des promesses

Agence QMI

JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Projet Montréal et plusieurs organismes, dont le Conseil régional de l’environnement de Montréal (CRE-Montréal) demandent à Transports Québec de respecter son engagement d’aménager la dalle-parc de l’échangeur Turcot, un lien piéton et cycliste entre les arrondissements de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce et du Sud-Ouest.

Selon la formation politique, cette large passerelle abritant de la verdure devait permettre de lier la falaise Saint-Jacques et le secteur du canal de Lachine de façon sécuritaire en passant par-dessus une voie ferrée et l’autoroute 20.

Ce lien doit permettre aux usagers d’éviter un détour de plus de 7 km, notamment, en plus d’améliorer les liens interquartiers et de donner accès à un grand espace vert.

«Nous demandons au ministre Laurent Lessard de faire preuve de leadership et d’assurer aux Montréalais que ce lien sera bel et bien construit, tel qu’annoncé au départ», a déclaré Craig Sauvé, porte-parole de l’opposition officielle en matière de transports.

Projet Montréal estime que même si le coût est élevé (1% du coût de l’échangeur Turcot, évalué à 4 milliards $), ce projet doit tenir compte, tout comme n’importe quel grand projet d’infrastructure urbaine, des usagers du transport en commun et du transport actif.

«Le message qu’on envoie aux piétons et cyclistes du Sud-Ouest et de NDG, c’est que pour circuler d’un quartier à l’autre, il faut absolument prendre son automobile», a ajouté M. Sauvé.

Afin d’interpeller et même convaincre le gouvernement, une campagne de mobilisation a été organisée par différents organismes. Un grand rassemblement doit se tenir, le 21 mai prochain. Une pétition a été également lancée par Équiterre et le CRE-Montréal à cet effet.

«Dû aux nombreuses raisons sociales et environnementales et parce que le gouvernement doit être à l’écoute de sa population et tenir ses promesses, nous nous engageons dans une mobilisation d’envergure en faveur de la dalle-parc à laquelle nous invitons la collectivité montréalaise à se joindre», a expliqué Coralie Deny, directrice générale du CRE-Montréal.