/news/politics

Impact sur les contribuables

Le budget Morneau en 10 points

Christopher Nardi | Agence QMI 

Le ministre des Finances Bill Morneau a livré mercredi un deuxième budget déficitaire qui laisse de la marge de manœuvre au gouvernement fédéral face à l’imprévisibilité de Donald Trump. Voici les 10 éléments du budget qui ont le plus de conséquences pour les contribuables québécois.

Fin du crédit d’impôt pour le transport en commun

Selon Ottawa, le crédit d’impôt de 15 % sur le prix des titres mensuel ou annuel de transport collectif est «inefficace» pour encourager l’utilisation du bus et du train. Le gouvernement abolira donc ce crédit dès le 1er juillet prochain et compte économiser plus de 1 milliard $ sur cinq ans.

11 milliards $ pour les logements sociaux

Se disant sensibles au manque de logements sociaux à travers le Canada, les libéraux investiront 11 milliards $ sur dix ans dans divers programmes pour améliorer l’accès à l’habitation et lutter contre l’itinérance.

Plus de taxes sur les vices

Dès jeudi, les Canadiens paieront plus cher leur alcool et leur tabac, des mesures mises en place pour la « santé » des contribuables qui renfloueront les caisses fédérales de près de 700 millions $ en cinq ans. La marijuana sera aussi taxée dès que légalisée.

40 000 places en garderie subventionnées

Le programme des CPE subventionnés du Québec devrait recevoir un coup de pouce de la part des libéraux. Ceux-ci promettent la création de jusqu’à 40 000 nouvelles places en garderie sur trois ans à travers le pays grâce à un investissement de 7 milliards $ sur 10 ans.

Appui supplémentaire aux aidants naturels

Les personnes qui agissent comme aidant auprès d’un proche atteint d’une déficience ou d’un handicap profiteront d’un nouveau crédit d’impôt dans le but d’augmenter la qualité des soins à domicile.

Déficit de 28,5 milliards $

Le gouvernement Trudeau maintient sa promesse d’augmenter les dépenses de son administration dans l’espoir de stimuler l’économie. Le gouvernement prévoit terminer l’exercice financier avec un déficit important de 28,5 milliards $, soit 5 milliards $ de plus comparativement au dernier budget.

Investissements dans la formation de la main-d’œuvre

Les provinces auront bientôt accès à près de 3 milliards $ supplémentaires sur six ans afin de bonifier leurs programmes de formation de la main-d’œuvre et d’accès à l’emploi. Le gouvernement va également élargir les critères d’admissibilité aux bourses d’études pour les étudiants à temps partiel.

Davantage de juges et plus de formations

Ottawa espère réduire les délais des tribunaux en ajoutant une trentaine de juges à travers le pays. Le système de justice recevra également 2,7 millions $ sur cinq ans pour mieux former les juges dans les dossiers d’agressions sexuelles.

Taxes fédérales obligatoires pour Uber

Les chauffeurs Uber à travers le pays ne pourront plus s’échapper de la collecte de la taxe sur les produits et services (TPS). Ottawa obligera dorénavant tous les chauffeurs à collecter cette taxe directement sur le prix de chaque voyage, comme il se fait déjà au Québec depuis l’automne.

Investissements en transport collectif à venir

Si le gouvernement Trudeau prévoit toujours dépenser plus de 20 milliards $ dans les infrastructures de transport collectif canadiennes d’ici 11 ans, ce n’est qu’à partir de 2022 que les sommes les plus considérables commenceront à couler vers les provinces.

Dans la même catégorie