/finance/homepage

Marché immobilier

Montréal attire de plus en plus les investisseurs étrangers

Marie-Laurence Delainey | TVA Nouvelles

Montréal est de plus en plus attirante pour les investisseurs immobiliers étrangers. Il en était question ce mardi au 19e Sommet de Montréal où étaient réunis plus de 1200 professionnels et cadres du domaine de l’immobilier, une participation record.

Selon les derniers chiffres de la Société canadienne d’hypothèques et de logements (SCHL), le nombre d’investisseurs dans le domaine résidentiel a augmenté de 60 % environ de 2015 à 2016. Difficile d’obtenir des chiffres spécifiquement pour ce qui est du commercial et des immeubles de bureaux, mais les experts rencontrés sur place notent aussi une augmentation.

«On a différents partenaires de Toronto, d’Europe, qui sont intéressés dans la culture, dans la diversité de Montréal. On est une ville différente, le transport en commun, ça aide beaucoup», explique le directeur du développement des affaires du Groupe Montoni, Mike Jager.

Le groupe Cadillac Fairview, par exemple, était connu uniquement pour ses centres commerciaux au Québec avant 2006. Depuis, l’entreprise investit également dans les tours à bureaux, les immeubles commerciaux. «L’économie est stable, le taux de chômage a baissé, il y a beaucoup d’opportunités en terme de logements, on a une population étudiante importante», affirme le vice-président principal Développement de Cadillac Fairview, Brian Salpeter.

La Ville de Vancouver, qui a imposé une taxe de 15 % sur ses acheteurs étrangers, a aussi eu un léger impact sur les ventes montréalaises.

«Il semble que les investisseurs étrangers qui ont quitté Vancouver sont allés dans d’autres régions de l’Amérique du Nord. Mais à Montréal on voit une légère augmentation, ça reste minime dans les chiffres, mais quand même une petite expansion. Surtout du côté d’investisseurs en provenance de Chine», précise le chef de l'analyse de marché à la SCHL, Francis Cortellino.

Selon la SCHL, le pourcentage d’acheteurs étrangers à Vancouver avant l’entrée en vigueur de la taxe était de 13 %, contre environ 5 % à Toronto et 1 % pour Montréal.

Dans la même catégorie