/news/society

Après le décès de sa conjointe

Un père crée une fondation pour les proches aidants

Émilie Vallée | TVA Nouvelles

Un père de Nicolet a vu sa vie basculer en raison du cancer de sa conjointe. Aujourd'hui, il raconte qu'en tant que proches aidants, l'aide n'est pas toujours facile à trouver.

«Notre vie dérape», c'est comme ça que Daniel Thibeault décrit ce qu'il a vécu.

Il a perdu sa conjointe Céline il y a trois ans. Il l'a accompagné dans sa lutte contre le cancer. Le tout en s'occupant de leur jeune enfant et en continuant de travailler. Un jour, il a réalisé qu'il avait besoin d'aide.

«Je dois revenir parce que le service de garde termine à 17h et je suis en pleine tempête de neige entre Sherbrooke et Nicolet et là j'ai un accident, je dérape et là je me dis ça n'a pas de bons sens, c'est quoi ma vie? J'essaie de tout faire, je veux être avec elle, je veux être avec mon petit bonhomme», raconte le père de famille.

Le problème c'est que les ressources sont rares pour les jeunes. Après le décès de Céline, il a donc mis sur pied une fondation pour les jeunes proches aidants âgés de 20 et 49 ans.

«Même si c'était difficile pour moi, je voyais chez les autres un besoin criant. On a essayé d'avoir de l'aide de fondations, de sociétés, mais c'était toujours difficile», ajoute Daniel Thibeault.

Au Québec, plus d'un million de personnes sont des proches aidants et 25% sont âgés de 15 et 44 ans.

«Le danger pour les jeunes proches aidants c'est le burn-out, c'est l'épuisement», conclut-il.

La Fondation Céline, Daniel et Laurent est maintenant prête à aider. Mais pour ça, elle a besoin de plus d'argent. Une journée de yoga, le «Zen en blanc», aura lieu le 11 juin. Daniel Thibeault espère un jour être en mesure d'offrir des services à la grandeur de la province.