/finance/homepage

Controverse

Bombardier reporte les hausses salariales de ses six hauts dirigeants à 2020

Emmanuel Martinez

 - Agence QMI

Décriée par l’opinion publique, Bombardier a reculé dimanche en reportant à 2020 les fortes hausses salariales de six hauts dirigeants prévues pour 2016.

Plus de la moitié de la «rémunération totale prévue pour 2016 sera reportée à 2020 pour les six membres de la haute direction visés», a annoncé la compagnie montréalaise, dimanche soir. Donc grosso modo, la hausse salariale d’environ 48 % qui était prévue pour 2016 par rapport à l’année précédente ne sera versée qu’en 2020.

«Au cours des 75 dernières années, nos concitoyens ont toujours été à nos côtés. C'est en raison de cette relation tissée serrée que nous sommes sensibles aux réactions du public envers nos pratiques en matière de rémunération», a mentionné Alain Bellemare, président et chef de la direction du fabricant, par communiqué, dimanche soir.

«Ce geste continue de démontrer l'engagement à long terme de la haute direction envers la transformation réussie de Bombardier», a-t-il ajouté.

La compagnie a précisé que «cette rémunération reportée ne sera versée que si l’entreprise atteint ses objectifs de performance la mettant en position d’assurer son succès à long terme».

Vivement dénoncée

La pression était forte sur l’avionneur montréalais puisque tant la population, que les syndicats et la classe politique ont été unanimes à condamner ces augmentations.

Samedi, un sondage Léger/TVA/«Le Journal de Montréal» avait révélé un rare consensus au sein de la population québécoise. Une majorité monstre de 93% s’était positionnée contre la décision de Bombardier d’accorder près de 43 millions de dollars en hausse salariale à six de ses hauts dirigeants pour l’exercice 2016, dont 12,5 millions pour le président et chef de la direction Alain Bellemare.

Ces augmentations avaient été accordées malgré les nombreux licenciements et un investissement d’un milliard dollars américains de fonds public par le gouvernement Couillard pour aider la C Series.

Une manifestation citoyenne a même eu lieu dans les rues de Montréal devant le siège social de l’entreprise sur le boulevard René-Lévesque Ouest, dimanche, en guise de protestation.

Couillard satisfait

Le chef de l’opposition officielle, Jean-François Lisée, a dénoncé ce report. «Le Parti québécois, comme 93% des Québécois, refuse un "report" des hausses scandaleuses. Nous en réclamons l'annulation!» a-t-il écrit sur Twitter, dimanche.

De son côté, le premier ministre Philippe Couillard s’est dit «satisfait» sur Twitter, dimanche, après avoir «transmis de vive voix nos préoccupations et celles des Québécois» au président de Bombardier.

À l’origine, M. Couillard n’avait pas condamné cette décision.

«Fondamentalement, c’est une décision qui regarde l’entreprise et ses actionnaires», avait simplement dit Philippe Couillard jeudi, même s'il avait admis que le moment était mal choisi.

Toutefois, face à la grogne de l’opposition, des ministres de son gouvernement avaient ensuite eu des mots plus durs envers Bombardier.

Le ministre des Finances Carlos Leitao, s’était notamment dit «choqué» vendredi par cette hausse et il avait alors invité le fabricant à revoir sa politique de rémunération.

Dimanche, lors de la manifestation pour dénoncer ces augmentations salariales, le leader parlementaire du gouvernement québécois, Jean-Marc Fournier, a demandé aux patrons de Bombardier d’«écouter les Québécois» et de «revoir la décision qu’ils ont prise».

Un des administrateurs jouissant de la générosité de Bombardier, le président du conseil d’administration Pierre Beaudoin avait d’ailleurs renoncé vendredi à son augmentation salariale, «après avoir écouté les récents débats publics sur la rémunération des hauts dirigeants de Bombardier».

«Saines» selon Bombardier

Bombardier avait défendu ces hausses samedi, en mentionnant qu’elles étaient nécessaires pour conserver les meilleurs hauts cadres et parce que 2016 avaient été une «année exceptionnelle» selon la compagnie.

«La capacité de Bombardier à livrer concurrence et à gagner dans un marché mondial très compétitif dépend de sa capacité à attirer et à retenir une équipe de hauts dirigeants de calibre international», avait dit Jean C. Monty, président du Comité des ressources humaines et de la rémunération chez Bombardier, par communiqué, en précisant que ses pratiques de rémunération étaient «saines».

Selon M. Monty, il était erroné de comparer les rémunérations consenties d’une année à l’autre, étant donné que certains cadres visés sont entrés en fonction à différents moments en 2015 et qu’ils n’ont donc pas été payés pour l’ensemble de cette année-là, contrairement à 2016.

Dans la même catégorie