/news/politics

#LaJouteDuJour

Crise chez Bombardier: «Tout le monde a le feu vous savez où»

TVA Nouvelles

La crise qui secoue Bombardier depuis maintenant près d’une semaine affecte grandement l’image de ce fleuron québécois, selon les chroniqueurs politiques de l’émission «La Joute».

«La marque Bombardier a été sérieusement endommagée et la seule façon de rétablir ça, ça va prendre beaucoup de commandes de Série C, des nouvelles embauches, l’action doit monter», a lancé Bernard Drainville, lundi, sur les ondes de LCN.

«Avec des chiffres comme ça, ce n’est plus un problème d’image, ce n’est plus un problème de perception, c’est un problème politique grave», a soutenu son collègue Luc Lavoie.

Décriée par l’opinion publique, Bombardier a reculé dimanche en reportant à 2020 les fortes hausses salariales de six hauts dirigeants prévues pour 2016. La hausse salariale d’environ 48 % qui était prévue pour 2016 par rapport à l’année précédente ne sera versée qu’en 2020.

«La crise a pris tellement d’ampleur que les gens veulent que les dirigeants renoncent à leur augmentation», a exprimé Luc Lavoie.

Même si elle recule, la compagnie aura beaucoup d’efforts à faire pour regagner la confiance de l’opposition et de la population.

«Tout le monde a le feu vous savez où», a dit M. Lavoie, qui croit que les dirigeants de Bombardier «ne vivent pas sur la même planète» que les citoyens.

Lundi matin, en entrevue avec Mario Dumont, le président et chef de la direction de Bombardier a expliqué ce matin avoir «sous-estimé la réaction» des Québécois face aux hausses de salaire accordées à des hauts dirigeants de son entreprise.

«Je comprends la colère des gens. Quand on regarde les chiffres de façon froide, évidemment, c’est difficile à comprendre», a expliqué Alain Bellemare, se disant «sensible» aux préoccupations du public.

Dans la même catégorie