/news/world

Tirs de missiles américains

Une surprise totale pour les Canado-Syriens

TVA Nouvelles

Les tirs de missiles américains sur un aéroport du régime de Bachar Al-Assad, en Syrie, ont causé une grande surprise chez les Canado-Syriens rencontrés vendredi par TVA Nouvelles

Les gens rencontrés par TVA Nouvelles se sont montrés surpris par le geste des Américains, et estiment qu’il était temps qu’il y ait un geste concret contre Damas

Selon eux, il est aussi surprenant que ce soit le président Donald Trump qui ait approuvé cette attaque, lui qui n’avait pas voulu s’impliquer auparavant dans ce conflit.

«Mettre de la pression sur Assad, c’est certainement quelque chose de positif», affirme Faisal Alazem , directeur du Conseil canado-syrien.

Ce dernier souligne que les Syriens se sentaient abandonnés par la communauté internationale.

«La plus grande preuve, ce sont ces réfugiés qui mettent leurs enfants dans des bateaux et prennent ces risques pour traverser la Méditerranée», explique M. Alazem.

Rami Al-Aswad se réjouit lui aussi de cette intervention militaire dans le conflit interne qui détruit petit à petit la Syrie.

«Enfin quelqu’un qui va nous aider, quelqu’un qui a agi, qui a dit stop aux massacres, stop aux enfants tués, gazés», a affirmé M. Al-Aswad en entrevue avec TVA Nouvelles . «J’espère que ce ne sera pas juste un coup comme ça. Il faut continuer.»

Il demeure toutefois de nombreux inconnus après ce geste des Américains.

«On a eu tellement d’espoirs déçus dans les sept dernières années, on se demande si c’est juste un jeu, de la poudre aux yeux. [...]On ne sait pas trop ce que ça veut dire pour la suite des choses. Mais si on peut garantir qu’on ne puisse plus gazer les civils, ce sera ça de gagné», estime pour sa part Basel Al-Kana.

Mais tous les Syriens expatriés ne sont pas du même avis.

«Avec un événement comme celui d’hier, ça va continuer à construire cette tension entre les deux. Ça aussi, c’est une forme de danger», soulève le cofondateur de La maison de la Syrie, à Montréal, Youssef Shoufan

Dans la région de Sherbrooke, on retrouve environ 400 personnes qui ont fui la Syrie et le régime Assad pour trouver refuge en sol canadien. Certains d’entre eux craignent pour la sécurité de leurs proches, qui sont toujours en Syrie

«On ne souhaite pas ça à personne. Voir des enfants, des familles, du monde innocent qui sont en train de mourir, je ne peux pas trouver de mots pour décrire à quel point c’est atroce», souligne Khalil Addad, un homme d’affaires de la région né au Québec, mais dont le grand-père est Syrien.

Une trentaine de nouvelles familles syriennes devraient arriver à Sherbrooke en 2017.

Dans la même catégorie