/regional/montreal

Meurtre au Maxi

Cérémonie émouvante à la mémoire de Clémence Beaulieu-Patry

TVA Nouvelles

De nombreuses personnes se sont réunies, lundi soir à Montréal, pour rendre hommage à Clémence Beaulieu-Patry, assassinée il y a un an jour pour jour dans une épicerie Maxi du quartier Saint-Michel.

Plusieurs de ses proches, mais aussi des personnalités du milieu communautaire ont pris part à ce rassemblement qui s’est tenu dans le gymnase de l’école primaire Sans-Frontières, dans le quartier Rosemont. Les parents de Clémence étaient également présents.

«C’est un message de paix, soutient son père, Luc Patry. Clémence c’était une fille de paix, qui aimait la vie.»

«Je ne vous cacherai pas que la colère nous habite tous encore, ajoute la cousine de la victime, Maude Beaulieu-Craig. Elle est partie d’une manière si tragique, on ne peut pas oublier ça. Toutefois, on essaie surtout aujourd’hui, même si c’est une date tragique le 10 avril, on est là parce qu’on l’aimait tellement. C’était tellement quelqu’un d’exceptionnel. On est là surtout pour se rappeler d’elle, sa personne, sa joie de vivre, le bonheur qu’on avait de la côtoyer.»

«C’est des montagnes russes tous les jours, raconte Mathieu Aspirot, son ancien petit ami. Ce n’est pas facile. On est forts. On se tient soudés.»

«Pour nous, c’est important de lancer le message : "C’est non à la violence", a déclaré Nancy Roy, directrice générale de l’Association des familles de personnes assassinées ou disparues, qui participait également à l’événement. Il faut se souvenir de ces personnes-là, parce que ce sont des vies volées.»

Une plaque commémorative à la mémoire de la jeune femme a été dévoilée et le parc de l’école a été renommé en son honneur.

Le présumé meurtrier de Clémence Beaulieu-Patry, Randy Tshilumba, subira son procès en septembre. Le jeune homme de 20 ans, qui avait fréquenté la même école secondaire que la victime, est accusé de meurtre prémédité.

Dans la même catégorie