/finance/homepage

Rémunération en hausse

Pétition de 34 000 noms au sujet de Bombardier

TVA Nouvelles

La colère au sujet de la rémunération versée aux dirigeants de Bombardier ne s'estompe pas.

Au lendemain d’une autre manifestation populaire, Québec solidaire a déposé une pétition de 34 000 noms en main propre à la ministre de l'Économie, Dominique Anglade.

Le député Amir Khadir souhaitait remettre le document au bureau de la ministre Anglade, mais elle se trouvait plutôt au Palais des congrès pour une annonce sur l’électrification des transports.

Cette pétition vise à demander au gouvernement de rouvrir l’investissement de Québec dans le programme de la CSeries pour forcer une révision de la rémunération des hauts dirigeants.

«Je crois que personne ne peut accepter que siéger à temps partiel sur le conseil d'administration de Bombardier et toucher plus d'un million de dollars en boni, c'est dans l'intérêt de Bombardier. Pour moi, c'est une escroquerie intellectuelle que de prétendre ça», a expliqué Monsieur Khadir.

Québec solidaire demande aussi une protection des emplois de la multinationale au Québec. Entre 2016 et 2018, Bombardier aura annoncé la suppression de plus de 14 000 postes dans le monde.

Monsieur Khadir a choisi de remettre la pétition à Mme Anglade parce qu’il a senti que la rémunération chez Bombardier suscitait plus de colère chez cette dernière que chez les autres membres du conseil des ministres.

«Je pense que mon ton représente celui du gouvernement par rapport aux primes qui avaient été décidées initialement», s’est défendu la ministre qui est satisfaite de la décision de Bombardier de reporter les primes à 2020.

Pas question donc pour le gouvernement de rouvrir l’entente avec Bombardier.

En fin de journée lundi, l'entreprise a confirmé les changements annoncés la semaine dernière, c'est-à-dire que le président du conseil d'administration, Pierre Beaudoin, a renoncé à son augmentation pour 2016. Également, Bombardier va verser 50% de la rémunération globale aux six dirigeants de l'entreprise en 2020, seulement si l'entreprise est suffisamment rentable.