/news/law

Procès pour viol collectif à Victoriaville

Le promoteur de la soirée rave témoigne pour la défense

Jean-François Desbiens | TVA Nouvelles

Au procès des trois jeunes hommes de la région de Québec accusés d'agression sexuelle sur une adolescente à Victoriaville, un des organisateurs de la soirée rave a témoigné pour la défense.

Marc-André Campagna est copropriétaire de l'entreprise Québec Pass, promoteur de l'événement qui s'est déroulé le 24 octobre 2014.

La soirée réunissait environ 500 personnes au Complexe Sacré-Coeur dont les deux tiers étaient mineurs. Plusieurs étaient déjà intoxiqués quand le party a commencé  vers 21h.

Il partageait une chambre avec les accusés à l'Auberge Hélène la nuit des présumés événements.

Selon le témoin, la jeune femme lui a paru complètement normale quand elle y est entrée, même qu'elle semblait avoir beaucoup de plaisir. Marc-André Campagna a témoigné à l'effet qu'elle était très entreprenante et qu'à la vue de Jean-Christophe Martin allongé sur le lit, elle s'est jetée sur lui pour l'embrasser. Au bout de quelques minutes, les deux ont retraité vers la salle de bain où ils sont restés une trentaine de minutes.

Quand il s'est réveillé le samedi matin, les accusés et la présumée victime étaient déjà repartis. 

Sur le chemin du retour vers Québec, Marc-André Campagna dit avoir reçu un appel de Jean-Christophe Martin. Paniqué, il lui aurait dit qu'il venait d'apprendre que la jeune femme qui disait avoir 18 ans, était dans les faits âgés de seulement 15 ans. 

Hier, Pierre-François Blondeau avait témoigné à l'effet qu'au moment de la raccompagner en automobile vers Québec, l'attitude de la plaignante a changé du tout au tout. Elle semblait préoccupée parce que sa mère tentait de la rejoindre, inquiète de savoir où elle se trouvait. Elle aurait indiqué craindre la réaction de ses parents parce qu'elle était mineure.

La panique se serait emparée des trois hommes dans le véhicule. La jeune femme leur aurait dit de ne pas s'inquiéter, qu'elle avait déjà couchée avec des hommes.

Pierre-François Blondeau, Jean-Christophe Martin et Dominic Vézina ont tous raconté la même chose au cours de leur témoignage.

La plaignante leur paraissait une adulte, elle leur a caché  son âge véritable, elle leur semblait dans un état normal et de bonne humeur, elle ne montrait aucun signe d'intoxication.

Jamais elle n'aurait manifesté son désaccord. Que ce soit dans la cuisinette du Complexe Sacré-Coeur, dans le véhicule de Jean-Christophe Martin ou à l'Auberge Hélène,  à chaque occasion, ce serait elle qui aurait initié les rapports sexuels.

Pierre-François Blondeau, Jean-Christophe Martin et Dominic Vézina subissent leur procès devant jury sous quatre chefs d'accusation d'agression sexuelle avec lésions, agression sexuelle avec la participation d'une autre personne, contacts et incitation à des contacts sexuels.

Les chefs d'agression sexuelle avec lésions et agression sexuelle avec la participation d'une autre personne sur une personne de moins de 16 ans sont passibles d'une peine minimale de cinq années d'emprisonnement.

Dans la même catégorie