/news/society

Drummondville

La fermeture d’une clinique d’urgentologues suscite des inquiétudes

TVA Nouvelles 

Rachel Latreille est à la recherche d’un médecin de famille depuis trois ans. Comme 4000 autres Drummondvillois, la dame de 58 ans est inscrite au guichet d’accès aux médecins de famille. Auparavant, ils pouvaient se rendre à la clinique des urgentologues de la ville.

«Ce n’est pas normal. J'ai des médicaments. J'en ai qui vont être renouvelables. Qu'est-ce que je vais faire? Aller attendre à l’hôpital? N'importe qui a une grippe ou qui est malade va aller à l'urgence, là. Il n’a pas le choix», affirme Mme Latreille, qui dit avoir déjà patienté plus de 38 heures à l’urgence alors qu’elle était en proie à une crise d’asthme.

Le maire de la ville, Alexandre Cusson, attend de connaître les solutions proposées par le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) Mauricie-et-du-Centre-du-Québec.

«Parmi les options, il y a entre autres le 811 pour discuter de nos problèmes de santé et être orienté au bon endroit, explique le Dr Christian Vinette, du CIUSSS. Jusqu’à présent, il n’y a eu aucune recrudescence de l’achalandage à l’urgence.»

Le CIUSSS Mauricie-et-du-Centre-du-Québec ne croit pas que cette fermeture aura des impacts dans les urgences. En Mauricie et au Centre-du-Québec, le délai d'attente pour obtenir un médecin de famille a chuté de moitié, passant de 400 à 200 jours en moyenne.

Actuellement, près de 84% de la population a accès à un médecin de famille. Six nouveaux médecins prendront en charge près de 500 patients au cours de l'année à Drummondville. Le gouvernement espère ainsi, d'ici décembre 2017, vider la liste d'attente.

Dans la même catégorie