/news/world

#LeJouteDuJour

Trump «veut faire peur au monde entier» avec sa mégabombe

TVA Nouvelles

Alors que les tensions entre les États-Unis et de nombreux pays comme la Syrie et la Corée du Nord sont au plus fort, la Maison-Blanche a confirmé avoir utilisé aujourd'hui «la mère de toutes les bombes», une arme non nucléaire de 10 000 kilos qui a été larguée en Afghanistan.

Selon les analystes Bernard Drainville et Luc Lavoie de l'émission «La Joute», le président américain Donald Trump a envoyé un message clair et pas seulement à Kim Jong-Un et Bachar Al Assad.

«Il veut faire peur, il veut faire peur au monde entier, a dit d'emblée Luc Lavoie. Cette bombe-là, il la possède depuis la guerre en Irak, personne n'a jamais pensé l'utiliser. 59 missiles la semaine passée et cette incroyablement puissante bombe aujourd'hui, vraiment, on peut dormir en paix, tout va bien.»

Son collègue Bernard Drainville abonde dans le même sens, mais croit que Trump s'attaque à beaucoup d'opposants en très peu de temps.

«Il a tellement de pot au feu notre Trump qu'il va finir par manquer de ronds. La bombe que vous venez de voir tomber, elle est tombée en Afghanistan, la semaine passée c'était la Syrie, il a envoyé une armada en Corée, ses relations avec la Russie ne sont pas au mieux puis il souhaite que la Chine s'occupe de la Corée parce qu'il ne s'en occupe pas, lui il va s'en occuper tout seul», a-t-il résumé.

«Je ne suis pas sûr que l'administration américaine, la Maison-Blanche et le président sont capables de gérer un tel niveau complexité présentement», poursuit M. Drainville.

Alors que Trump n'a pas voulu dire si la mégabombe se voulait être un message pour la Corée du Nord, nos jouteurs, eux, croient fermement que oui. Toutefois, ces actions sont particulièrement troublantes.

«Le niveau d'agressivité monte sans arrêt, il y a de plus en plus de victimes collatérales, comme ils aiment les appeler, c'est du monde qui est tué et qui n'avait pas d'affaire à se faire tuer, c'est comme presque un meurtre. Ils y vont à fond de train, ils se déchainent», affirme Luc Lavoie.

«J'ai l'impression de quelqu'un qui joue à un jeu vidéo, un jeu de guerre et pour lui, c'est comme une sorte d'univers fantastique, ils sont extraordinaires, c'est les meilleurs, ils ont lancé une maudite grosse bombe et la Corée, vous allez voir, on va s'en occuper», de dire Bernard Drainville.

«Je n’ai pas l'impression qu'il occupe la même réalité que nous et je trouve qu'il parle de tout ça avec une espère de légèreté qui est de sens du fantastique, comme un enfant qui parle de ses petits bonhommes de guerre, de ses jouets de guerre. Franchement, je ne suis pas du tout rassuré», conclut ce dernier.

Dans la même catégorie